Week 10

25 mars 2019 | Lee, Honours-International Development and Globalization, Uniterra, Farm Radio International (FRI), Communication Officer

Currently, I’m halfway through my tenth week in Ghana. My last post mentioned how fast time has passed but that was an understatement. February disappeared in a flash and March seems to be following the same mentality. As my time winds down in Ghana I am torn with how to feel. On one hand, I am excited to get back to Canada and see all my family and friends. On the other hand, I know I will miss the people, lifestyle, and the constant need to see and understand as much of the country as possible.

Since my last post, I’ve been exposed to much more of the expat community here in Ghana. A community which is so tight nit that if you’re just meeting someone then there is a high chance that the two of you have several mutual friends. What’s funny is I’m no longer the “new kid” instead I have been the person showing a couple of new people around the city and recommending what sights to see around the Accra area.

I feel as though I’ve been able to get into the rhythm of things in Accra. From bargaining in markets to taking the tro-tro’s everywhere to greeting the locals in twi while passing to and from work, I’ve been able to feel comfortable and build a certain daily habit that I’m enjoying. I no longer feel like I’m being stared at but instead see myself to have integrated into the local community around my house. There are always six people that I will see daily who greet me and engage in simple conversation and that’s all.

These feelings are constant through work as well. I feel as though I’ve made friends within my work environment where I’m able to relax and speak to everyone. This has translated in my work as I’m more confident on who to ask for what information and how the organization operates.

The next couple of weeks will fly by with how busy I am at work and all the things I still want to do/see again. Before I know it, I’ll be packing my bags and heading back to Canada. Ghana has allowed me to meet such a diverse number of people in a very personal way that I didn’t think I would have prior to departure. I don’t think I’ll ever understand how I will feel about leaving until I’ve sat down in the airplane and the captain says ready for take-off. But until then, I’ll continue my internship and make the most out of the next three weeks.

Forger ma passion et explorer l’étranger

5 mars 2019 | Lydie, Spécialisé - Dév. international et mondialisation, Maroc, Forum des Fédérations, Projet MENA, stagiaire

Depuis mon jeune âge, visiter de nouveaux pays et découvrir de nouvelles cultures, me passionnent. Après plusieurs voyages à travers le monde et 4 années d’études à l’Université d’Ottawa, j’ai décidé d’enrichir mes connaissances et de me lancer dans une nouvelle aventure. Faire un stage à l’international me permettrait de forger ma passion et explorer l’étranger me donnerait l’occasion d’entrainer mes habiletés sociales et mon éthique personnelle et professionnelle.

Il est difficile de croire qu’il fait déjà 2 mois que je me retrouve au magnifique Royaume du Maroc. Après mon arrivée à Rabat, je me souviens du revirement très rapide du nouvel environnement, la conduite tout à fait différente, la chaleur accablante, la langue incompréhensible et l’hospitalité de manière insistante. Quel choc culturel ! J’ai compris que ma première expérience sur le continent africain restera vivante dans mon cœur et gravée dans mon esprit. Après avoir pris le temps de m’adapter, j’ai découvert que le Maroc me réservait de grands secrets. Son large éventail de paysages et d’activités me laissa étonnée et fascinée. En effet, chaque ville que j’ai eu l’opportunité de visiter était riche de différence et marquante de leur histoire. J’ai maintenant une vision différente du patrimoine culturel du pays et je ne partirai pas du Maroc sans pincement au cœur.

Au cours de ce stage au sein de l’Organisation canadienne non gouvernementale, le Forum des Fédérations et la mise en place du projet : « Autonomisation des femmes pour les rôles de Leadership dans la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord : Jordanie, Maroc et Tunisie », j’ai eu la possibilité d’assister et de participer à plusieurs activités de sensibilisation, conférences et formations concernant l’égalité des sexes, la gouvernance inclusive et le leadership féminin. Ces évènements sont organisés avec des acteurs institutionnels (Ministère de la réforme de l’Administration et de la fonction publique), des acteurs civils (Association Démocratique des Femmes du Maroc), des acteurs internationaux (ONU Femmes) et des acteurs académiques (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah). Ma participation aux activités préparées par le Forum Leadership Maroc, m’a permis de mieux connaitre la culture, la situation économique, politique et sociale, l’histoire, les acteurs importants ainsi que les divers défis du pays.

J’ai été particulièrement concerné par la persistance des inégalités en ce qui concerne la question du genre. Dans de nombreux domaines, les filles et les femmes marocaines rencontrent de grandes difficultés culturelles et structurelles. Que ce soit sur le marché du travail, à l’école ou dans la sphère politique, les femmes sont victimes de multiples formes de discrimination. Dans le cadre du projet de mon organisme, je me réjouis de participer activement au renforcement des compétences des femmes leaders établies et celles de la génération future, à l’accroissement de leur influence dans les processus de prise de décision et à la prise en conscience du leadership féminin dans les différentes structures de pouvoir. C’était un grand plaisir d’appuyer les femmes leaders, les partenaires et les jeunes, ainsi que de communiquer avec eux l’importance d’agir tous ensemble pour l’effectivité de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Tout au long de ce stage, j’ai acquis beaucoup d’expériences et de connaissances, j’ai agrandi mon savoir, développer une plus grande ouverture d’esprit et un désir profond d’apprendre et d’explorer encore davantage. J’ai développé des aptitudes d’observation différentes et enrichissantes pour ajouter à l’apprentissage en classe. On en sort grandi ! Sans aucun doute, j’encourage vivement cette expérience instructive de stage à l’international

‘If you do not risk anything, you risk even more’ Faouzi Skali

20 février 2019 | Kaltoum, Spécialisé - Études des conflits et droits humains, Maroc, Forum des Fédérations

It’s been just over a month since I have arrived in Morocco and I’m still mesmerized by this beautiful country. I’m a 4th year student in the Conflict Studies and Human Rights program. This internship puts everything I’ve learned in my academic life to test. For me, what distinguishes a mediocre experience from an exceptional one is how the experience itself shapes us. An unexceptional experience still allows us to discover our deepest inner self, but an exceptional experience totally transforms us.

I’ve decided to pursue humanities studies to better understand the world that surrounds us, the international policies that shapes us and the organizations that ensure that these policies are not only respected but revised to answer today’s reality.

So far, the decision of allowing myself to go through this experience has exposed me to many obstacles but also many proud moments.

Living the experience through the Forum of Federations - Understanding the Forum

Created in 1999 by the Government of Canada, the Forum seeks to promote and strengthen inclusive governance, pluralism and gender equality in federal, decentralized and transitioning federal countries. More than 20 countries around the world have worked with the Forum and contributed to its success.

This being said, working as in intern for the Forum in Morocco and assisting them in their mission to promote and fight for gender equality through their project « Autonomisation des femmes pour les rôles de Leadership dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord : Jordanie, Maroc et Tunisie » has opened my eyes to so many new issues. Issues I’ve never crossed nor exchanged during my lectures at the University.

As a Program Officer, my tasks include but are not limited to:
● Preparing contracts between partners, members and clients.
● Assisting and participating during workshops. Engaging conversations between the participants and me.
● Logistic and administrative support.
● Writing summary and progress reports of the activities and workshops.
● Drafting presentations for my director.
● Conducting comparative and analytical research.

From the theoretical journey to the practical journey

Although my program of study seeks to promote intellectual dialogue and debates regarding important issues such as food security, wealth inequality, climate change etc., rare were the occasions where we took the time to apprehend and grasp the struggles women go through outside the context of war.

Provided that, ignoring the issues surrounding women and only focusing on the harm done to them leads to no solution nor substantial conclusion. This internship, particularly working for the Forum of Federations, has helped me to understand the importance of recognizing and valuing the role women play; not only to endorse democracy but also to find solutions for other social issues. You quickly realize how everything is interconnected.

Participating in activities led by my organization and witnessing how the women interacted with each other by sharing their ideas and testimonies proved to be a great learning experience. Listening to these women and talking to them was a humbling experience. You quickly notice their strength but most importantly how resilient and courageous they truly are. I started working at the organization with the mindset of “Wow they are so behind compared to Canada” that changed to “Despite the lack of tools and resources available, these women are standing up for themselves and creating their own tools collectively”.

Finally, being an intern really gives you an insight of the “Real world”. It allows you to understand the role you play and can actively play to transform this forever-changing world.

Mon aventure vietnamienne

20 février 2019 | Gabrielle, Spécialisé - Dév. international et mondialisation, Mines Action Canada, Vietnam Association for Empowerment for Persons with Disability (AEPD), Program Support Officer

Cela fait un peu plus d’un mois que je vis à Dong Hoi, petite ville située dans la province de Quang Binh au Vietnam. Les plages magnifiques, les rues bondées de plantes exotiques, les enfants au regard lumineux et les bateaux colorés font de cette ville un endroit où il fait bon vivre. En effet, il ne m’a fallu que quelques jours pour m’y attacher et me sentir comme chez moi. Ce que j’aime par-dessus tout ici, c’est l’hospitalité et la générosité des vietnamiens. De façon quotidienne, je suis invitée à découvrir différents mets savoureux, partageant des moments précieux avec les gens que je rencontre.

N’étant pas un endroit très touristique, l’anglais n’est pas une langue maitrisée par la plupart de la population. J’ai donc chaque jour l’opportunité d’enrichir mon vocabulaire vietnamien, faisant sourire les gens à mon passage. Ils semblent adorer le fait que je tente (du mieux que je peux) de m’exprimer dans leur langue natale. Lorsque la communication se fait trop difficile, je sors simplement mon téléphone et la technologie fait ses miracles.

Lors de mon anniversaire, j’ai eu la chance d’être invitée dans la maison familiale d’une de mes collèges de travail, où j’ai été chaleureusement accueillie. Cela faisait à peine 7 jours que j’étais arrivée au pays, je ne m’attendais donc pas à souligner l’événement. Toutefois, j’ai été reçue avec gâteau, une faute d’orthographe dans mon prénom (dont j’ai trouvé trop mignon) et une adorable petite sœur qui prenait grand plaisir à me suivre partout dans la maison. Elle m’avait même donné un surnom, qui selon ma collègue signifiait « tante ravissante » Ses parents étaient réellement intéressés à en apprendre davantage à mon sujet, me posant toutes sortes de questions en vietnamien. Pendant de longues minutes, ma collègue s’improvisait donc traductrice et tous semblaient trouver la situation très divertissante.

J’ai aussi eu l’expérience moins agréable de tomber malade, mais encore une fois, la bonté des Vietnamiens a grandement facilité les choses pour moi. Deux de mes collègues m’ont apporté de la soupe qu’elles ont pris le temps de faire elles-mêmes et 3 autres personnes sont venues me rendre visite à différents moments durant mon cours séjour à l’hôpital. Réaliser que des gens qui me connaissaient à peine se préoccupaient de moi de cette façon m’a fait réellement chaud au cœur.

Il reste encore presque deux mois à mon aventure vietnamienne, et je compte en savourer chaque instant, impatiente de découvrir ce que l’avenir me réserve.

Best of both worlds!

15 février 2019 | Robin, Honours - Conflict Studies and Human Rights, Malawi, WUSC, Student Refugee Program

At this point I am approaching the half way mark of my journey here in Malawi, and I am already feeling the pressure to cram in as much as I can into this wonderful experience. It takes time to settle and by the time that you do, you realize just how short your three months is.

My experience hasn’t all been roses, but I am so grateful for all my trials and tribulations along the way. I came into my internship feeling overconfident in my abilities to adjust to life in Malawi and underconfident with my capabilities in my professional role. To my surprise, I found my confidence was a little skewed.

After living in Tanzania previously, I expected to have a relatively similar transition into life in Malawi. That was not quite the case! I expected my journey of adjustment to be like the smooth sailing I had in Tanzania, but I was met with challenges when it took longer to adjust to my environment and the people in it. Eventually I found my stride in the foreign environment, and I found my support system as well!

On the other hand, I was definitely feeling some imposter syndrome coming in knowing that I would be responsible for preparing refugee students to come to Canada. How could I possibly teach 23 young people about all they need to know about living in Canada in three months? Where do I start? Do I even know enough about Canada? I’m not a teacher, am I even qualified to teach? These anxieties are relatively normal when starting a new position, but I battled with my anxieties and trusting my capabilities. As I began lesson planning and teaching, I have found my groove and realized that I am not an imposter and that I am doing the best I can with my available resources. My time with the students has become my favourite part of my experience here in Malawi. They are bright young adults, who are exemplary examples of living resilience. My time with them has only solidified my career choices and maybe even altered my future employment aspirations.

In my short time here, I feel as though I have already grown immensely. With my previous internship in development, I was just thankful for the opportunity. As I continue in my role as an SRP intern, supporting office staff and getting to know other peers working in refugee services, I have come to realize that those dreams of working full time in development are not so out of reach. I can recognize my capabilities and the skills that I am developing everyday.

I find my experience extra special, as I get to not only immerse myself in Malawian culture, but I also get to experience a wider East African culture at Dzaleka, the refugee camp. I was overjoyed to find that I could enjoy the chipsi mayai and chapati that I had loved in Tanzania back at Dzaleka! I’m getting the best of both worlds!

For the rest of my time here, my hope is that I will continue to grow with my students, continue to push myself out of my comfort zone, and improve my Swahili and Chichewa!

Sortir de ma zone de confort

14 février 2019 | Melody, Spécialisé - Dév. international et mondialisation, Mineure Communication, Sri Lanka, Uniterra, Kalkudah/Passikudah Guest House Owners Association, Marketing Officer

L’idée d’aller à l’étranger me traversait l’esprit depuis deux ans, mais j’hésitais de passer à l’action. Après quatre années d’études et de stages coop au Canada, j’ai réalisé qu’un stage sur le terrain me permettrait d’enrichir mes connaissances et expériences, ainsi que ma compréhension de la chaine d’intervenants en développement international. Aujourd’hui, je suis heureuse de profiter des opportunités de développement personnel et professionnel que j’aurais manquées si j’étais restée dans mon cocon à Ottawa!

Cela étant dit, je suis au Sri Lanka depuis un mois maintenant. Dans ce magnifique pays insulaire d’Asie du Sud, le climat tropical, les paysages verdoyants, les cocotiers et les plages créent une atmosphère relaxante. Mais c’est surtout, l’hospitalité des Sri Lankais d’origine cingalaise et tamil, de confessions bouddhiste, hindoue, musulmane et chrétienne, qui fait que l’on se sente comme chez soi. Je me suis facilement faite des connaissances dans le quartier. Elles m’invitent souvent manger des plats au curry délicieux (très épicés) chez eux, m’aident à explorer la ville et à comprendre la culture. Bien que l’Anglais ne soit pas très parlé ici, vu que le Cingalais et le Tamil sont les langues officielles, les Sri Lankais s’efforcent d’échanger avec moi. À part la langue que j’essaie de parler, je n’ai pas eu de difficultés à m’adapter.

Je travaille à Pasikudah (Province de l’est), une ville côtière où le tourisme est un secteur en essor, après la guerre civile de 30 ans qui s’est arrêtée en 2009. En tant que Marketing Officer, je soutiens la Kalkudah Pasikudah Guest House Owners Association. Fondée en 2011, sa mission est d’être reconnu comme le corps représentatif des maisons d’invités (Guest houses) et chambres d’hôtes (Bed & Breakfast) de Pasikudah et Kalkudah. Elle vise ainsi à développer une approche commune en matière de tourisme, à partager les bonnes pratiques et à trouver des solutions efficaces aux problèmes touchant ses 24 membres.

En ma qualité de stagiaire, j’ai l’honneur de les appuyer avec leurs stratégies de e-tourism et l’apprentissage de l’Anglais pour les hôtels, afin d’améliorer la visibilité des guest houses et de la ville, face à la compétition des grands complexes hôteliers près des plages. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion d’accompagner mes partenaires à une formation de trois jours sur le e-tourism, qui a facilité mon travail en me donnant accès à des rapports faisant état des besoins et possibilités d’amélioration en marketing des guest houses. Grâce à cette formation, j’ai pu améliorer mon plan de travail auprès des hôtels, en mettant à leur disposition les moyens de gérer leur image, les revues des clients et de rester en contact avec ces derniers sur les réseaux sociaux.

D’ici la fin de mon stage, je compte les équiper avec une brochure des principales attractions touristes de Pasikudah et des villes/villages avoisinants, afin de garder les visiteurs longtemps dans la région. Je compte également visiter d’autres villes du pays, abritant des sites archéologies et des plantations de thé. Bref, je ne regrette pas de m’être lancée dans cette nouvelle aventure!

My first month

11 février 2019 | Lee, Honours-International Development and Globalization, Uniterra, Farm Radio International (FRI), Communication Officer

As my first month in Ghana comes to an end, I realize just how quickly time goes by. Within Ghana there are so many people from around the world which are very accessible through the WUSC and Farm Radio social networks. Just working at WUSC there are two people from Canada and two people that went to school in Canada. They’ve shown me the way of life within Accra from the food scene to how to work my way around the numerous markets.

The cultural diversity within Ghana is really intriguing. For the most part, everyone eats the same foods which consist of a lot of rice, chicken, fish, and beans. There has been a growth in international food available within the city but food prodominantly has remained local. When it comes to language, every area is different. With over 250 languages in Ghana, you can see the diversity and the deep cultural roots which have been implanted within not only the country but local communities. The people are very friendly and love it when foreigners speak their language. In Accra, (the capital) we speak Twi which I’ve managed to learn a minimal amount of. Despite knowing so little those couple of words will bring a smile to the face of locals and help in getting a better price within the market.

For my three months, I am working with a Canadian organization called Farm Radio International (FRI). The organization focuses on how to use local radio stations for development projects. My position is a communication and documentation officer. I am involved in many projects and help where I can. The benefit of being a part of a diverse range is a diverse range of work. I’ve worked on project briefs, event planning, and transcribing. Currently, I am planning my first, of two, training session. The work has been interesting as I’ve learned a lot about the specific barriers which projects face when working with local small-scale farmers which I wouldn’t have thought about while learning in class.

The diverse relationships I have built between international workers and locals alike have helped me in deciding how I want to spend my three months. There is so much to see and understand that the weeks have slowly started passing by faster and faster. Within these relations, I’ve made friends which I know I will see again somewhere around the world after my month’s come to an end in Ghana.

« As-Salaam-Alaikum »

11 février 2019 | Lydie, Spécialisé - Dév. international et mondialisation, Maroc, Forum des Fédérations, Projet MENA, stagiaire

Une salutation que j’entends ici au Maroc, plusieurs fois par jour. Ces paroles arabes signifient « que la paix soit avec vous ». Que ce soit dans un contexte de travail, social ou autres, c’est la manière dont les gens se saluent.

Cela fait 4 semaines que je suis à Rabat, dans la capitale du Maroc du continent africain. Ville moderne et historique, elle représente le cœur politique et administratif du pays. Je travaille au sein de l’organisation Forum des Fédérations, le réseau mondial sur le fédéralisme et la gouvernance dévolue. Financé par le Gouvernement canadien, le Forum Maroc Leadership participe à la mise en oeuvre du projet intitulé : « Autonomisation des femmes pour les rôles de Leadership dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord : Jordanie, Maroc et Tunisie ». Le projet tente de parvenir à une gouvernance inclusive en soulignant l’importance du renforcement de capacité des femmes et des jeunes femmes leaders afin de leur offrir la possibilité d’avoir accès aux postes de décision. Aussi, le Forum tente d’accroître la connaissance des hommes et des femmes pour qu’ils soient apte de construire les politiques, les programmes et les actions qui influence de manière positive l’inclusion des femmes dans les domaines culturels, politiques et sociaux.

Dans cette organisation, mes tâches en tant que stagiaire sont variées, elles s’articulent principalement autour du leadership et de l’autonomie des femmes. Mon travail est bien structuré, il m’expose à plusieurs domaines de recherche, de logistique, de soutien administratif, de rédaction de rapports sur les activités et du suivi et de l’évaluation de ceux-ci. Dans l’aisance de mes fonctions, j’ai eu la possibilité d’assister à des conférences sur l’importance de l’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes et les droits de la personne, de participer à des formations concernant la promotion du leadership féminin et de la gouvernance inclusive, de contribuer à des ateliers relatifs à l’intégration du principe de l’équité, de travailler auprès de femmes fonctionnaires au sujet des compétences et stratégies juridiques, etc. J’ai eu également l’opportunité d’acquérir de l’expérience dans le cadre de l’autonomisation des femmes, d’identifier les divers enjeux et d’explorer le pays en voyageant dans différentes régions concernées par le projet. Au bureau hôte à Rabat, je suis responsable de la rédaction et de la production de rapports aux donateurs d’après les activités réalisées. De plus, je rédige des contrats de mission entre les différents membres, participants et experts des évènements. Passionné par le domaine du droit, le Forum me permet d’exécuter concrètement du travail juridique. Ces pratiques enrichissantes me permettent d’accroître mes compétences et mettre en pratique mon savoir. D’ailleurs, ces travaux me permettront éventuellement de poursuivre une carrière dans la sphère de la justice et du droit.

Après déjà un mois de stage, je m’efforce au mieux de m’intégrer au différent mode de vie. Toutefois, je sens que je me suis rapidement bien adaptée. Ayant eu la chance de faire des déplacements avec le Forum dans différentes régions du Maroc, je crois qu’il est important de saisir ces occasions pour explorer et découvrir le pays. Il sera intéressant de comprendre le choix des régions et d’observer les différentes particularités des villes. J’apprécie pouvoir constamment changer d’environnement, d’apprendre du nouveau et de saisir de nouvelles opportunités. À ce jour, j’apprécie chaque moment de mon stage et je suis impatiente d’apprécier et de relever de nouveaux défis.

Une nouvelle aventure

11 février 2019 | Catherine, Spécialisé - Dév. international et mondialisation - Mineure - Histoire,Uniterra Sénégal, Radio Rurales Internationales (RRI), Agente de communication et de partenariat

Je réside au Sénégal depuis maintenant 1 mois et je dois dire que partir en stage à l’international est comparable à une nouvelle aventure remplie de découvertes comme une archéologue à la recherche des trésors cachés ou enfouis dans la terre avec les hauts et les bas de celle-ci. Voyager jusqu’au Sénégal est ma première expérience sur le territoire africain.

Durant mes premières semaines, j’ai fait du tourisme et j’ai visité des endroits qui en somme représentent autant l’espoir pour le futur que les traces laissées par le passé du pays et même du continent. Comme il est possible de le voir dans les photos suivantes : le monument de la renaissance africaine et l’île de Gorée. En tant que passionnée d’histoire, ces endroits m’ont marqué par leur richesse respective. Lors de mes déplacements, je prends la plupart du temps le taxi, mais pour cela il faut savoir négocier. Il faut savoir aussi dès le début le prix de base de la course qu’on peut demander à nos collègues pour ne pas payer plus que cela n’aura dû coûter. De plus, ces premières semaines ont été pour moi le moment de trouver mes repères dans mon quartier et les environs, donc j’ai décidé de promener à pied pour tout ce qui est à proximité. Par conséquent, si je me perds, je peux retrouver facilement mon chemin parce que je me suis familiarisé avec les lieux. Je dois dire que c’est important pour moi parce que j’adore marcher.

De ce fait, mon aventure sur le territoire sénégalais continue avec la gastronomie. Ici presque tout est fait à base de riz. Étant une amatrice de riz, j’ai été heureuse de l’apprendre. L’un de mes plats préférés est le mafé qui est préparé avec une sauce d’arachide, de viande et de tomates qu’on met sur le riz. Ici, les plats sont riches en nutriment pour qu’il soit possible de le garder longtemps dans l’estomac.

Ensuite, je suis partie à la recherche de mes repères dans le cadre du dialogue c’est-à-dire qu’ici la conversation est au cœur de presque tout. Les Sénégalais sont accueillants et curieux. Ils posent beaucoup de questions et ils s’intéressent beaucoup à savoir d’où nous venons, ce que nous faisons, etc. Je dois dire que cela instaure une ambiance amicale et chaleureuse dès le premier instant. Donc, cela nous amène à sortir peu à peu de notre bulle canadienne pour rentrer dans leur bulle sénégalaise. Quand on quitte notre pays pour aller vivre quelque temps dans un autre, il est important de garder en tête les mots : adaptation et patience. Le fait de sentir ici comme à la maison va certainement prendre du temps, il faut savoir laisser les choses aller puisque c’est sûr que tout va être différent : le rythme de vie et de travail. De ce fait, il faut toujours garder en tête les deux mots clés.

Durant mon aventure, j’ai exploré mon environnement et l’atmosphère sociale présente pour me sentir de plus en plus à mon aise. Pour ce faire, il faut se promener et observer. L’apprentissage et le confort s’installent de prime abord avec l’observation et la compréhension de notre milieu. Voilà ce que j’ai fait depuis que je suis arrivé sur le territoire sénégalais. Tous les hauts et les bas que j’ai rencontrés font partie de l’observation que va me permettre une meilleure compréhension de ce qui m’entoure.
Je suis partie de chez moi avec seulement deux attentes : un enrichissement personnel et professionnel, mais aussi d’offrir le plus de soutien possible à mon organisme d’accueil.

Il faut polir une pierre précieuse pour la voir briller de tous ses éclats, cette aventure au Sénégal sera pour moi la pierre précieuse que je viens de commencer à nettoyer

Émerveillée et essoufflée

29 novembre 2018 | Émilie, Honours Bachelor of Social Sciences in Conflict Studies and Human Rights, AFS Ghana, HRAC, Advocacy/Research Assistant

Wow, tout s’est déroulé si vite. J’ai peine à croire que cela fait déjà 3 mois que je suis partie à Accra, au Ghana. J’ai eu la chance de travailler pour une organisation nommée «Human Rights Advocacy Center». Mon rôle au sein cet organisme était dans le département de la recherche et du développement de projets. Mes tâches étaient donc très diversifiées, mais toutes liées aux droits humains.

Grâce à la fluidité de mon rôle, j’ai eu la chance d’assister à des conférences de presse, participer à des ateliers pour faire avancer les droits des homosexuels, travailler dans les écoles secondaires au sujet de la santé mentale, etc. J’ai donc pu expérimenter grandement le terrain en voyageant et participant à des projets à l’extérieur d’Accra. Lorsque je suis au bureau, je dois faire diverses recherches pour avancer nos futurs projets ainsi qu’écrire des rapports sur les projets ou activités que nous avons fait. Étant donné que je suis grandement intéressée par le sujet des droits humains, je suis extrêmement satisfaite des tâches que j’ai eu à faire ici ainsi que des connaissances que j’ai pu acquérir.

Dans mon dernier blog, j’avais mentionné le fait que je m’étais bien accoutumée à la région d’Accra et que je sentais qu’il était temps pour moi de partir explorer le pays. Et bien c’est ce que j’ai fait. Chacune de mes petites escapades sont des expériences incroyables et je suis contente d’avoir pu voyager au travers du Ghana. Cependant, je me sens fatiguée car je travaille toute la semaine et je vais explorer durant la fin de semaine. Par contre, étant donné que le temps presse je sens qu’il faut que je profite de chaque moment et chaque occasion de découvrir quelque chose de nouveau. Lors de mes voyages, j’ai pu constater que le Ghana est sans l’ombre d’un doute un pays magnifique avec une extrême diversité des paysages, dépendamment des régions. Il y a de tout au Ghana; la plage, les lacs, les montagnes, les étendues, la jungle, la forêt, la ville, etc. Malgré tout, je me sens un peu essoufflée et j’ai hâte de me reposer et de revenir à un rythme de vie plus stable

Ce qu’il va me manquer le plus du Ghana est les incroyables personnes que j’ai rencontré. J’ai tissé des liens d’amitié très rapide et solide avec des Ghanéens que je vois quelque fois par semaine. Ce sera un grand changement de ne plus les voir du tout. Aussi, lors de mon stage, j’ai eu la chance d’habiter avec une famille ghanéenne. Vivre avec une famille d’accueil est une expérience qui comporte des défis mais qui est enrichissante. D’un côté, il faut vite s’adapter à côtoyer de très près de nouvelles personnes et devoir s’intégrer rapidement dans un nouvel univers. De l’autre côté, être dans une famille d’accueil est un avantage immense pour se retrouver immerger dans la nouvelle culture et créer des liens avec le pays d’accueil.

Bref, lorsque je réfléchis sur tous les points positifs de mon stage, au travers des personnes rencontrées, du pays, de ma famille d’accueil et de mon organisme de travail, je constate que cette expérience en valait totalement la peine. Je suis face à des émotions contradictoires car je suis triste de partir, mais contente de rentrer à la maison. J’aimerais rester plus longtemps, mais maintenant que le temps approche, j’ai hâte de revenir au Canada.