Home Is Where the Heart Is

3 avril 2018 | Emilia, DVM, Uniterra, Peru, Alianza Cacao, Gender Communication Officer

A few months went by very quickly for me: in a 3-month internship, every day and every week counts. I became accustomed to a different lifestyle and I got to develop close relationships with colleagues, friends and neighbors. I think relationship-building has played a crucial role in my integration to the city. For me, it was part of the learning process to spend time with colleagues in the office, agronomists in the field and farming families on their land to understand the sociocultural context of the region and my role within the organization.

Data Collection with Technological Agents
I ventured into the beautiful Peruvian jungle during field visits to cocoa farms in the regions of San Martín and Huánuco. My main goal was to collect data for communication products with a gender focus. Starting with a video project, I interviewed women leaders in the cocoa industry to learn about their challenges, their successes and their overall experience in agriculture. I also wanted to know what benefits they received from Peru Cocoa Alliance (PCA) as cocoa farmers. I mainly learned that they appreciate the knowledge they acquired through the Schools of Excellence, the field days and personal visits from the organization’s agronomists to increase their productivity and quality in cocoa. Another assignment was to assess women farmers on their soft skills such as verbal communication, negotiation and conflict resolution. The data collected from these qualitative surveys will be used to adapt PCA activities and workshops to the farmers’ needs. The video project and surveys were targeted towards PCA technological agents which are a select group of cocoa farmers. They assist PCA Schools of Excellence during an 8-month period to learn about innovative farming techniques and technology such as integrated pest management, pruning, soil nutrition, and much more. PCA also works with technological agents to develop their soft skills and transfers knowledge on small business management. Additionally, the organization added a personal development component including self-confidence and a gender approach in the schools’ curriculum. The main role of technological agents is to generate a positive impact in their community by disseminating knowledge on farming techniques and technology. PCA also partners with businesses that sell farm machinery and nutrients to improve the quality of soil and increase cocoa production. Through the Schools of Excellence, the participants learn how to create their own businesses and become local distributors of the private partners’ products according to the market’s demand.

Cocoa in Regions Affected by Political Violence
I visited many cocoa farms in regions that were once strongly affected by political violence and terrorism. Through conversations with farmers, I was shocked to hear horror stories that happened in their communities. In many cases, farmers were pressured by drug traffickers on one end and threatened by the government for cultivating the coca leaf on the other end. A farmer told me about the oppression she felt when living in constant fear of being killed either by the government or by drug traffickers. She is a hard-working woman farmer dealing with psychological traumas of the past with no access to mental health services. This encounter generated a whole line of questioning for me and left me wondering what can be done in terms of human development for victims of political violence. It also helped me understand why cocoa production is so crucial for farmers in these regions. It is a product used to replace the production of coca leaves and to prevent the continuation of illicit activities. It offers an alternative market to increase farmers’ overall quality of life.

Travailler sur le terrain et enrichir ses connaissances

3 avril 2018 | Geneviève, ECH, Uniterra, Tanzanie, VETA, agente aux communications et marketing

Voici maintenant quelque temps que je procrastine pour écrire ce blogue. En fait, ce dernier témoignage de mon expérience veut dire que celle-ci tire bel et bien à sa fin et que cette belle aventure est maintenant derrière moi.

J’ai beaucoup appris durant les derniers mois, tant sur les plans académique, professionnel que sur le plan personnel. Je continue d’entretenir les relations que j’ai formées avec les gens qui ont tant enrichi mon expérience et j’essaye de continuer à apprendre le swahili.

Je peux fièrement dire que je comprends maintenant beaucoup mieux les défis qui proviennent d’un partenariat avec un pays du Sud et que les outils que j’ai développés durant mon stage me serviront dans ma carrière.

Mes collègues au Tanzania Chamber of Commerce, Industry and Agriculture m’ont vraiment aidé à rendre mon expérience des plus agréables tout en m’aidant à intégrer le mode de vie, en m’enseignant la langue et en ouvrant mon regard à leur réalité.

Je continue de travailler avec eux à distance en espérant pouvoir les supporter davantage.

Je n’oublierai jamais cette étape de ma vie et j’espère que je pourrai un jour retourner visiter les gens que j’ai rencontrés et qui sait, peut-être retravailler avec eux !

J’encouragerais fortement les étudiants en sciences sociales à considérer cette opportunité qui rajoute beaucoup de valeur au curriculum en nous donnant l’occasion de travailler sur le terrain et d’enrichir concrètement nos connaissances.

Toutes les bonnes choses ont une fin

3 avril 2018 | Marie-Grace, DVM, Mines Action Canada, Colombie, Campana Colombiana Contra Minas, agente de soutien

La campagne colombienne contre les mines est une ONG colombienne qui a pour thème principal les mines antipersonnel. Avant mon expérience ici, je n’étais pas très familière avec ce thème. En résumé, les mines antipersonnel sont les conséquences de la guerre ou conflits armés ce sont des bombes posées au sol qui explosent si l’on marche dessus. Ces armes sont alors très dangereuses. Pour vous donner une image, la Colombie après l’Afghanistan est le pays le plus touché par les mines antipersonnel. Depuis 1990, elles ont pratiquement fait plus de 11 000 victimes. Encore aujourd’hui, en Colombie, plusieurs personnes, principalement dans les zones rurales, subissent des accidents à cause des mines. L’ONG pour laquelle je travaille a plusieurs manières de venir en aide face à ce phénomène. En 2001, elle a commencé le déminage dans plusieurs régions du pays. De plus, elle fait énormément d’aide humanitaire et projets pour venir en aide aux victimes dans les régions les plus affectées. Il y a tout de même une évolution positive à l’échelle nationale car le gouvernement et plusieurs ONG travaillent pour une Colombie sans mine.

Étant une étudiante en développement international, travailler dans une ONG est une expérience très enrichissante et pertinente. J’ai appris énormément de choses et j’ai pu voir sur le terrain, l’application pratique des théories de mes cours en DVM. Cette expérience est venue confirmer mon désir de carrière dans le développement international.

À moins de trois semaines maintenant avant la fin de mon expérience je peux avouer que je n’ai surtout pas hâte de rentrer au Canada, et je trouve même que trois mois sont insuffisants ! Je commence vraiment bien à m’adapter et la Colombie va énormément me manquer : la nourriture, le climat, les gens, parler en espagnol au quotidien… Je peux maintenant avouer que j’avais un peu peur de voyager seule surtout dans un pays où je ne connaissais personne et encore pour trois mois. Mais cette peur fut surmontée. Tout au contraire, cette expérience m’a permis d’en connaître davantage sur moi. J’en profite vraiment au maximum, je n’hésite pas à visiter d’autres villes, découvrir des choses nouvelles. Pour tout dire, je recommande fortement une telle expérience !

Mongolia: Land of contrast

21 mars 2018 | Daria, Masters in Economics, Uniterra Mongolia - Mongolian Chamber of Commerce, Business Development Officer

My time in Mongolia is quickly coming to an end, so sadly a three-month journey is wrapping up. Few things have changed since my last blog. The Beatles ice sculpture in the main square was taken down after somebody knocked Ringo’s head off. The days have gotten a lot warmer, most days the temperature is in the positives, and even warmer than Ottawa! Since my last blog, I went to the Chinese border town of Erenhot (just for one day), went to the eagle festival in the south of Ulaanbaatar, and have ridden a camel! The upcoming weekend will be my last, and to end my time in Mongolia on the highest note I can, I am going to Hustai National Park, home to the famous Przewalski’s horses.

Recently I was in a cafe, and saw a copy of the UB Post lying on the table next to me. It is one of the two English newspapers in Mongolia. The headline was “Mongolia is more than Genghis Khan and Gers”. I chuckled and showed it my friend, but in the end I cannot agree with this statement more! Mongolia finds itself in an interesting position of “known but only a little”. Survey knowledge of the Asian country includes the vast Mongolian Empire, the nomadic way of life, and the wild horses. As Russia and China grew over the centuries, the empire that spanned two continents gradually shranked, broke apart, and eventually became the small, sparsely populated country squished in between two gigantic and overshadowing neighbours (ironically two of the many countries they had conquered earlier the in their history). The article went on to mostly talk about the natural beauty of the Mongolian steppes, which are undeniable gorgeous, even when the winter wind is blowing your camera out of your hands. But I think the articles missed a few important details. The first being the Mongolian people’s yearning to be unique. Traditional dress is still a daily sight in the city, and in fact it is the local version of the “Sunday best”. Modern music is still sung in Mongolian, and international poetry is translated too. The effort to keep the culture alive is truly wonderful. Mongolians will never forget their roots, and especially difficult task in this globalizing world. And the second is the amount of cultural gems that are hidden in Mongolia. Things like throat singing, traditional ways of herding, the horse head fiddle, and a language that is classified as its own linguistic family.

Mongolia is a land of contrast: Genghis Khan’s conquests across Central Asia and peaceful Buddhism; the coldest capital on Earth being just a few hours drive away from a desert; the permanent settlements of the city and the herders who still travel across the countryside with everything they own on their backs. I am sad to leave this beautiful country, and I am very grateful to the University of Ottawa for giving me the opportunity for such an amazing and educational experience.

Sri Lanka: State of Reflection

21 mars 2018 | Sarah, Masters DVM, Uniterra Sri Lanka - Women's Development Center, Communication officer

As my time in Sri Lanka comes to a close, I am reflecting on the plethora of things I have seen and experienced here, which range from horrific to incredible. I can’t deny that things have not always, or even frequently, been easy. I have witnessed (and in some cases, directly experienced) poverty, violence against women, harassment of women, mistreatment of animals, racial and ethnic-based tensions, and environmental issues. Little over a week ago, the country was placed under a state of emergency after outbreaks of communal violence in my area of Kandy. Though I was safe and had the support of my NGO and local partner, others were not so fortunate. My closest friend at work lives in one of the neighborhoods were Muslims and Sinhalese were burning each other’s homes and businesses. While the situation has since deescalated, tensions are still apparent and Sri Lankans have been hauntingly reminded of the violence and fear that pervaded throughout the not-so-distant civil war.

Being here as a foreigner during the civil unrest really made me think about my position as a privileged, white, Canadian. I had done much research and reading about Sri Lanka’s past before coming, so Buddhist nationalism wasn’t new to me. However, I have to say that it is very different to read about a concept and to see images of ‘extremists Buddhist monks’ smashing store windows or screaming at Muslim market-vendors. When driving around Sri Lanka, you see shrines to Buddha everywhere, and while these may seem quaint, serene, or beautiful at first glance, it’s also important to realize that every symbol of Buddhism is not apolitical. I have learned a lot about Sri Lanka, and Kandy in particular, but the civil unrest really drove home that I still have no idea what it’s like to grow up in a culture with a history of racialized and religiously based conflict. It became very apparent to me that the tensions of the Sri Lankan civil war are still lurking under the surface of much of society and government. In reading local media and discussing with my Sri Lankan friends, I came to understand that this was something that Sri Lankans also have realized they need to reckon with, especially younger generations.

Aside from an increased awareness about the underlying political and cultural issues in Sri Lanka, the period of unrest also highlighted to me how resilient and kind Sri Lankans are. Even throughout police curfews and restrictions on movement, neighbors checked in on each other, provided food for those who ran out, and tried to call for anti-racist practices online. Protests in support of unity and religious tolerance were held in cities outside of the curfew zones, and were joined by Muslim clergy, Buddhist monks, and everyday citizens of many religions. My neighbor, a friend, and I spent evenings cooking together and keeping each other informed about what was happening (information was mostly received ‘through the grapevine’ of SMS and phone calls, since social media and the internet were unreliable). It certainly cannot be said that everyone’s experience throughout the unrest was as neighborly or respectful – many people lost their homes or businesses and some people were injured or killed. But aside from religious fanatics, nationalists, and those caught up in mob mentality, most average Sri Lankans bonded together and tried to help each other as much as possible.

While the state of emergency was certainly an exceptional instance, I do think it speaks to the character of much of Sri Lanka. Differing cultures and religion are rich and can be defensive of their place in society. Depending on who you ask, the government ranges from a peace-keeping and productive authority to a corrupt, racist, and oppressive regime. People are generally kind and hopeful, but also live in a political climate that can easily become reminiscent of past trauma. As a foreigner here, and one associated to an international development organization, I have been considering my role in position in Sri Lankan society. All in all, I’m very glad I came because my worldview has been greatly enriched and diversified, even (and especially) when things were challenging. Despite having lived for a year in India, and travelled many places in Asia, Sri Lanka has thus far been the most condensed assortment of diverse landscapes, social circumstances, and human connections that I have experienced. Without being too dramatic, Sri Lanka is not an easy place to be, but it will change your life.

Tournée avec les vétérans américains au Vietnam

15 mars 2018 | Rim, ECH, Mines Action Canada, Vietnam - Project RENEW, MAC, stagiaire

Cela fait déjà deux mois que je travaille à Project RENEW, une Organisation qui réinstaure l’environnement et neutralise les effets de la guerre. RENEW (Restoring Environement and Neutralizing the Effect of War) consacre ses efforts à détruire et désamorcer les bombes anti-munitions et toutes autres armes qui n’ont pas explosés depuis 1975, date qui marque la fin de la guerre contre les Américains. À ce jour, les terres dans la campagne, les fermes, les villages, les provinces, les villes et les quartiers sont toujours contaminés par les dégâts de cette guerre. Il est estimé que plus de 72 millions mètre carré de terre serrait contaminer après la guerre. RENEW a désamorcé plus de 52 000 ordonnances depuis 2007. Ils consacrent tous ses efforts à sécuriser les zones résidentielles.

Dong Ha la ville où se déroule mon stage, se trouve à Quang Tri, la province la plus affecté par les bombes et mine anti munition lors de la guerre. Quang Tri est située au centre du Vietnam, Dong Ha étant la frontière qui divisait le nord du sud. De temps en temps, nous recevons des groupes de touristes dans notre centre pour qu’il puisse avoir plus d’information sur les événements catastrophiques qui se sont déroulé lors de la guerre.

Cette semaine, nous avons reçu un groupe de vétéran américain. Certains de ces anciens soldats ont combattu lors de la guerre au Vietnam. Ce fut un moment marquant pour eux puisqu’ils reviennent ici pour la première fois depuis 1975. Ce groupe fait une tournée du Nord au Sud du Vietnam, menée par une association fédérale américaine nommée « Veterans for Peace ». Cette association organise une tournée au Vietnam annuellement pour les soldats retraités. Ils s’engagent tous à venir visiter le Vietnam au nom de la paix. Cette tournée avec les vétérans fut jusqu’à présent la meilleure expérience que j’ai eu lors de mon stage. Mes collègues et moi avons guidés une tournée toute la journée à travers la ville et ses alentours. Nous avons commencé la tournée dans notre centre où les vétérans ont pu se familiariser avec le travail de RENEW. Nous avons ensuite visité le centre artisanal des personnes victimes des effets de la guerre (bombe, agent orange, etc.), assister à une destruction d’une bombe par notre équipe de professionnel, visité deux familles dont les enfants sont nées avec des effets de l’Agent Orange et finalement explorer les tunnels construit par les vietnamiens lors de la guerre.

Ce fut une journée rempli d’émotion et de sympathie pour tous. Chacun avait une histoire touchante à partager.

Qualité vs Quantité et Théorie vs Réalité

15 mars 2018 | Aurianne, DVM, Uniterra, Sénégal FNPN, Conseillère en communication

Rendue à la fin de mon stage au Sénégal, j’ai eu l’opportunité d’écouter différents points de vue sur le développement du pays, surtout venant des jeunes. En effet, comme je le pensais et bien d’autres comme moi, la théorie n’est pas forcément la pratique ; sinon rarement même. Le Sénégal surtout la zone des Niayes, œuvre principalement dans le maraîchage (cultures de légumes). C’est une zone peuplée de paysans qui travaillent tant bien dans l’agriculture que dans l’élevage. Bien, maintenant que vous êtes dans le bain, vous devriez pouvoir nager sans problème !

Au Sénégal comme dans la plupart des pays africains, certains produits sont importés ; et celui qui m’intéresse ici c’est le riz. La ville de Saint-Louis située au nord du pays fait de la riziculture. Dans le quotidien, la majorité des sénégalais mange le riz importé et non local. Certes la quantité produite localement ne peut pas nourrir toute la population nationale, mais la raison de ce choix n’a rien à voir avec la quantité produite. Déjà, les deux types de riz sont très différents ; je peux l’affirmer car je les ai mangés tous deux. Selon moi, le riz local est beaucoup plus bon vu sa douceur à la cuisson et sa texture. Après cette expérience, je me suis demandée pourquoi les citoyens ne consommaient-ils pas leur propre riz, puisqu’en le faisant c’est contribuer à l’économie nationale ? Malgré sa meilleure qualité, j’ai été surprise d’entendre que la petite quantité reçue lors de l’achat du riz local était la raison pour laquelle les citoyens ne le consomment pas.

Tchiebou Dieun

Tchiebou Dieun

Cela m’a également fait penser aux théories économiques à savoir la théorie de l’avantage comparatif et absolu. Est-ce que de telles théories pourraient s’appliquer dans ce cas pratique ? Une réflexion et des questions que je n’aurais probablement pas eues sans cette expérience unique.

Mon expérience auprès de la CCCM

14 mars 2018 | Charles, DVM, Colombie, Mines Action Canada - Campaña Colombiana contra Minas (Colombian Campaign Against Landmines, stagiaire

Le travail que j’effectue auprès de mon ONG d’accueil, la Campagne colombienne contre les mines (CCCM), me permet de voir les dégâts causés par le conflit armé qui dure depuis plusieurs décennies. Mon ONG lutte contre les effets pervers des mines antipersonnel sur le territoire colombien en faisant l’éducation aux risques, l’assistance aux victimes et le déminage. Pour faire un bref contexte, les guérillas ainsi que le gouvernement ont eu recours aux mines antipersonnel durant les décennies de conflit, ce qui a affecté et affecte toujours de nombreuses personnes de différentes façons. En fait, la Colombie est le deuxième pays le plus affecté après l’Afghanistan par ce problème. Malgré que plusieurs endroits aient déjà été déminés, il y a encore un nombre élevé de victimes. Il reste donc énormément de travail à faire.

Une phrase m’a marqué lors de ma formation avec mon ONG: “Nobody knows how many mines are in the ground worldwide. But the actual number is less important than their impact: it can take only a few mines or the mere suspicion of their presence to render a patch of land unusable.” En somme, une seule mine est de trop et a toutes sortes de conséquences économiques et sociales pour la population touchée. En effet, en plus de causer un grand risque de sécurité, elles enlèvent l’accès à des terres auxquelles des familles nécessitent pour survivre. Cela donne un petit aperçu de la raison pour laquelle les mines antipersonnel sont un si grand enjeu dans plusieurs pays.

Toutefois, le gouvernement colombien est plus engagé qu’il ne l’était auparavant et il y a plusieurs organisations comme la mienne qui visent à aider les victimes, à éduquer pour minimiser les risques et à effectuer le déminage. Cela donne bon espoir pour les années à venir. Je dois dire que c’est une fierté de pouvoir aider à réduire les effets de ce fléau que sont les mines antipersonnel qui font des ravages dans plusieurs régions du monde. C’est un problème qui est trop souvent méconnu par les gens, incluant les habitants des pays touchés, comme j’ai pu me rendre compte ici. Je dois dire que j’ignorais moi aussi la gravité du problème avant de faire mon stage ici en Colombie. Ce stage aura définitivement été une expérience enrichissante professionnellement, tout comme personnellement.

Une visite au Musée national du Bardo

14 mars 2018 | Isabelle, Maîtrise DVM, Forum des fédérations, Tunisie, stagiaire

Il y a déjà un peu plus de deux mois que j’ai fait mon arrivée à Tunis et je dois dire que la majorité des Tunisiens que j’ai eu la chance de côtoyer connaissent de manière assez remarquable l’histoire de leur pays, l’art et les traditions qui y sont rattachés. Rapidement, je me suis rendue compte qu’il fallait que j’en sache davantage. Mais, comment? En faisant, au cours de mon stage, des visites ou des recherches sur les principaux lieux historiques et culturels du pays.

Le site de Carthage, le site de Dougga, l’amphithéâtre d’El Djem, les médinas de Kairouan, de Tunis et de Sousse, tous des sites classés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ne sont que quelques exemples illustrant le cachet caractérisant la Tunisie. Ce pays regorge de joyaux culturels et archéologiques et le Musée national du Bardo est d’ailleurs l’un de ces incontournables.

Le Musée du Bardo est un musée de renommée internationale reconnu et visité par plusieurs. Gratuit les premiers dimanches de chaque mois pour les Tunisiens et les étudiants internationaux, il est fréquenté et accessible à tous. Situé dans la capitale tunisienne, il est d’ailleurs le premier musée de la Tunisie à fonctionner depuis plus d’un siècle.

Le Musée du Bardo fait notamment partie du chemin/itinéraire Magon, un circuit archéologique, touristique et culturel reliant la Tunisie et la Sicile italienne. Ce chemin a pour objectif de mettre en valeur les sites originairement phéniciens et puniques liant la Tunisie et l’Italie, démontrant ainsi l’importance de la culture de la vigne et de la préparation du vin, deux éléments qui ont su caractériser cette région méditerranéenne pendant une certaine époque.

Ayant eu l’occasion de visiter le musée récemment, je suis d’avis que cette visite m’a permis de comprendre davantage l’histoire et l’influence des cultures et des traditions qui ont marqué le passé du pays. C’est en connaissant davantage l’histoire de la Tunisie d’hier, que je crois être plus apte à saisir les réalités sociales, culturelles, économiques, religieuses et politiques de la Tunisie d’aujourd’hui.
J’ai donc, notamment appris que Bardo a toute une histoire. On y a érigé des palais de différents styles à la fois sous la dynastie d’Ali Pacha (1735 et 1756), sous Hussein Bey (1824 et 1835) et sous M’hammed Bey (1859 et 1864). Ce n’est que sous le protectorat français que des travaux importants sur ces palais ont été effectué (1885 à 1888) en vue de transformer les salles d’intérêts (salon, zones de services, etc.) en salles d’expositions mélangeant des collections archéologiques, historiques et ethnologiques nationales. Le musée «Alaoui» est créé et inauguré le 7 mai 1888 et ce n’est qu’en 1956, date marquant l’indépendance tunisienne, que le Musée change de nom pour le «Musée national du Bardo».

Les présentes salles d’expositions sont donc, d’anciennes zones de services. Ces salles se divisent en six départements consacrés distinctement à la préhistoire, à la civilisation phénico-punique, au monde numide, à la collection sous-marine de Mahdia, au monde romain et à l’antiquité ainsi qu’à l’Islam.
Malgré les transformations et les rénovations apportées au fil des ans, ces salles ont su garder leur cachet. Elles démontrent, encore aujourd’hui, la richesse de l’architecture et de l’art tunisien qui savent mélanger céramique, marbre et autres matériaux. Mon véritable coup de cœur de cette visite est, en fait, le stuc, un mortier décoratif. Le stuc est généralement coupé en formes géométriques créant ainsi des images et des jeux d’ombres plus qu’intéressants. C’est du 15e au 19e siècle (pendant la période d’andalouse et ottomane) que ces décors étaient le plus prisés et utilisés.

Le Musée regroupe une série de collections de mosaïques, d’anciennes monnaies, de céramiques, d’œuvres d’art en bronze, en marbre, en verre, en bois etc. Les couleurs sont souvent mises à l’honneur (notamment pour les plafonniers). On y retrouve des objets en terre cuite, des bijoux, des statuettes, des outils, des écuelles, des statues provenant de Carthage, des fresques d’artistes peintres africains et j’en passe. Ces œuvres représentent des animaux, des portraits ou bien des sculptures de divinités ou de personnages connus. On y retrouve même des stèles de la civilisation numide, présente dans l’ensemble de l’Afrique du Nord du 10e au 1er siècle avant J.-C.

De plus, je dois souligner qu’une stèle commémorative à l’entrée du musée a su attirer mon attention lors de ma visite. Cette stèle est érigée en vue de commémorer les victimes de l’attentat survenu le 18 mars 2015 au Musée du Bardo. Ayant été revendiqué par l’État islamique, celui-ci a annoncé publiquement que cette attaque, ciblant une attraction touristique importante tel que le Musée de Bardo, visait plus particulièrement les visiteurs étrangers et les intérêts étrangers plus largement. Cet attentat a notamment causé la mort de plus d’une vingtaine de touristes internationaux.

Or, un tel attentat, bien qu’il se soit déroulé il y a maintenant 3 ans, marque les défis et les oppositions toujours actuelles en ce qui concerne la gouvernance en Tunisie. Cet attentat a su remettre en question l’économie tunisienne en touchant son tourisme, sa culture voire même les intérêts dits «occidentaux» de manière plus large en ayant ciblé des zones touristiques. Un tel événement, commémoré à l’entrée du Musée, m’a donc, poussé à repenser à l’influence occidentale, aux débats éthiques, idéologiques et politiques qui en découlent et qui découlent des programmes de développement international. Existe-t-il réellement une opposition voire une division entre le «Sud» et le «Nord»? Est-ce que la démocratie, la gouvernance inclusive, l’ouverture politique, la décentralisation ou le féminisme par exemple sont des fabrications dites «occidentales»? Il s’agit là que de quelques questions qui me venaient en tête.

J’en suis même venue à me questionner sur mon propre rôle en tant qu’étudiante participant à un stage international dans le cadre de mes études. Venant en Tunisie afin de travailler au sein d’une organisation canadienne ayant lancé un tout nouveau projet misant principalement sur une gouvernance inclusive dans la région MENA et insistant sur le développement de l’autonomisation et du leadership féminin, je viens à me questionner sur mon propre rôle et sur l’impact de l’organisation pour laquelle j’ai la chance de travailler. Suis-je perçue comme une touriste, une étudiante, une stagiaire ou suis-je plutôt une étrangère? Est-ce que je promeus certains idéaux ou manières de penser particulières qui peuvent avoir un impact négatif sur les autres? Est-ce que mes tâches ont un réel impact sur les gens locaux? Est-ce que le projet est bien accueilli et développé en fonction des spécificités de la région?

Bref, cette visite au Musée du Bardo m’a permis de me questionner sur mon rôle et certains aspects de mon stage international. Sans pour autant avoir nécessairement toutes les réponses à ces questions, cette visite m’a certes, permis de réaliser et de saisir l’influence qu’a eu l’histoire sur divers éléments caractérisant la Tunisie actuelle telles que ses politiques et ses réalités sociales. Cette visite m’a permis de faire le pont entre le passé et le présent et de me questionner sur des débats éthiques, politiques du développement international en lien avec mon stage à l’étranger.

Bibliographie
Musée National du Bardo. (2012). Musée National du Bardo. Tiré de http://www.bardomuseum.tn/

Less than three weeks left

14 mars 2018 | Hanna, DVM, Alternatives, Bosnia, Svitac Bosnia, research officer

I officially have less than three weeks left of my internship, and it’s hard to believe I’ve come this far. While there are so many different things I have experienced, and learned, and been a part of, I think the most integral has been about assumptions and biases we carry as foreigners when travelling. Despite all my best efforts to be neutral and even minded, there were indeed things that I had already thought I understood or knew before I came to Bosnia and Herzegovina. If you don’t know much about this country, the biggest thing it carries is it’s very recent war which lasted from 1992-1995. I won’t even attempt to give a synopsis, but would encourage anyone reading this to do their own research. What you need to know is that it was multi-ethnic, complex, and absolutely devastating to everyone who lived in this country (regardless of their ethnicity). It’s left in it’s wake ethnic tensions, economic disrupt and uncertainty as to what comes next. As my time here comes to an end, I’ve reflected on the assumptions I had made and tried to figure out the starkest contrasts I’ve noticed.

With the war in mind, and knowing it’s only been 23 years since it’s end, I really did thing that people here might be closed-off and perhaps unfriendly. There are stereotypes of ‘Balkan’ people which typically include: low levels of intelligence, aggressive personalities, and unfriendliness. In reality this couldn’t be further from the truth. There are too many examples of kindness, curiosity, and deeply moving conversations I’ve had with the local people during my stay here to write about them all. I’ve had the fortune of meeting and knowing people of all three ethnicities in Bosnia, and I’ve yet to have a negative interaction. Everything has happened to me from older ladies giving me candy in the park just because, to my landlord sharing her birthday cake with me, to shopkeepers giving me extra things (such as a beautiful copper spoon in Sarajevo) for free because they appreciated my business. The people in Bosnia are hospitable and truly want to move on with their lives. Even though they have been through so much hardship and such horrifying situations, they continuously try to live their lives to the fullest and enjoy the positivity. Of course, I am generalizing, but that is my personal observation. In fact, the assumptions I had made about people all proved to be mute and I’ve felt incredibly fortunate to learn from the people around me. The thing that has proven most difficult, which I hadn’t even thought of when preparing to come here, was the physical aspect of the country itself.

While the war has since ended, the country itself still bares the reminders of it’s past to this day. You cannot drive more than 45 minutes in any direction (or the directions I’ve gone so far) without seeing a cemetery or an individual tombstone along the way. The war did not discriminate based on location, and as a result, it seems like wherever you go, somebody has died there. This was shocking and uncomfortable for me, because back home, you only ever see tombstones in cemeteries, and you only see cemeteries when you choose to go to them. Equally, you usually assume the people in those cemeteries died from causes other than genocide. In addition to cemeteries, it is very common to see bullet holes and other damages to streets/fields/buildings/cars where ever you go. They are remains from the war where active combat was almost always present. In Sarajevo, they are actually painted red and called the “Sarajevo Roses” and are meant to be a reminder to people in hopes of inspiring another war to never start again. I do understand this importance, but it was another shocking visual for me. As well, there are many houses and buildings purposely left in their destroyed state as reminders, and sometimes from lack of funds to rebuild.

There are visuals everywhere you go in Bosnia about it’s past, but it is important to look at them as reminders, and to look to the people in this country to actually learn about what happened and how it can be prevented from happening again. I hope to squeeze every last bit of information out of the people as I can before I leave, and am infinitely grateful for everything I’ve had the privilege to learn and do so far.