Archives - ‘Senegal’

Life in Dakar

May 30, 2018 | Kaylea, Psychologie, Uniterra Sénégal, CNC, Conseillère en Archivage

It’s been 3 weeks since I first arrived in Dakar, Senegal and wow, it has been a whirlwind. The people I’ve encountered here so far have been the kindest people I’ve ever met. Every time I walk down the street, I’m welcomed by a “hi, how are you?” by those passing by me. Being a foreigner here has been a fantastic experience so far. While there are not a lot of foreigners in the region I live in, I always feel safe and welcome as I walk home from work, or down the street to buy vegetables from the local vendors.

The food here is delicious. There is a boulangerie on every street that sells fresh baguettes every day. The traditional dish here is called thiebou jen, a spicy stuffed fish simmered with vegetables in tomato sauce. A major staple in the senegalese diet is rice, accompanying most dishes. In my region, goats and cats fill the street. Sometimes a wild dog will show up, but they mostly stay on the beach.

There are mangoes and flowers growing everywhere along the city streets. The national tree, the baobab is protected and undisturbed by the growing city. Often, you will see baobab trees in the middle of a street, left untouched by the construction going on around it. The city is brought to life by beautiful flowers, and the screaming goats heard from miles away.

While the traffic can be heavy, the taxis never have a hard time weaving their way through it. Taxis are very popular here, you never need to go far to find one. Dakar is a large city, however, it never costs more than $3 Canadian to get from one side of Dakar to the other.

At my work, we get a two-hour lunch break each day, normally going out to a restaurant. My colleagues seem to be thrilled to have us here! Unfortunately, I arrived at a bit of an inconvenient time, as the company received a lot of different interns for the summer and is also being evaluated at the same time. So, I haven’t yet started on the mandate of my internship. However, my colleagues have given me plenty to do (translating, planning what work I will be doing, etc.) in the meantime.

There is a lot to see in Dakar! Even though I have only been here for just a few weeks, I’ve seen a lot. There are tons of amazing beaches here, three islands, and a ton of historical landmarks. Collines des Mamelles, a massive renaissance monument located at the top of Dakar, is the tallest statue in Africa. One of the islands, Île de Gorée, is home to 1,500 habitants, and contains one of the most esteemed boarding schools in all of Africa!

French is my second language and my minor at school. I chose to come to Senegal because I knew the official language was French, and I wanted to practice. Luckily, the French spoken here is very easy to understand as it is spoken slowly and well pronounced. The locals are also very understanding and patient. If I don’t understand something, most people repeat, explaining in another way. My French improved a lot in the short few weeks that I have been here!

So far, my experience has been incredible. Between the kind people and amazing food, I don’t want to leave!

Qualité vs Quantité et Théorie vs Réalité

March 15, 2018 | Aurianne, DVM, Uniterra, Sénégal FNPN, Conseillère en communication

Rendue à la fin de mon stage au Sénégal, j’ai eu l’opportunité d’écouter différents points de vue sur le développement du pays, surtout venant des jeunes. En effet, comme je le pensais et bien d’autres comme moi, la théorie n’est pas forcément la pratique ; sinon rarement même. Le Sénégal surtout la zone des Niayes, œuvre principalement dans le maraîchage (cultures de légumes). C’est une zone peuplée de paysans qui travaillent tant bien dans l’agriculture que dans l’élevage. Bien, maintenant que vous êtes dans le bain, vous devriez pouvoir nager sans problème !

Au Sénégal comme dans la plupart des pays africains, certains produits sont importés ; et celui qui m’intéresse ici c’est le riz. La ville de Saint-Louis située au nord du pays fait de la riziculture. Dans le quotidien, la majorité des sénégalais mange le riz importé et non local. Certes la quantité produite localement ne peut pas nourrir toute la population nationale, mais la raison de ce choix n’a rien à voir avec la quantité produite. Déjà, les deux types de riz sont très différents ; je peux l’affirmer car je les ai mangés tous deux. Selon moi, le riz local est beaucoup plus bon vu sa douceur à la cuisson et sa texture. Après cette expérience, je me suis demandée pourquoi les citoyens ne consommaient-ils pas leur propre riz, puisqu’en le faisant c’est contribuer à l’économie nationale ? Malgré sa meilleure qualité, j’ai été surprise d’entendre que la petite quantité reçue lors de l’achat du riz local était la raison pour laquelle les citoyens ne le consomment pas.

Tchiebou Dieun

Tchiebou Dieun

Cela m’a également fait penser aux théories économiques à savoir la théorie de l’avantage comparatif et absolu. Est-ce que de telles théories pourraient s’appliquer dans ce cas pratique ? Une réflexion et des questions que je n’aurais probablement pas eues sans cette expérience unique.

Une expérience espérée mais surprenante

February 7, 2018 | Aurianne, DVM, Uniterra, Sénégal FNPN, Conseillère en communication

Je suis arrivée au Sénégal avec pour objectif social de passer le meilleur séjour de ma vie, et pour objectif professionnel de faire un impact. Ce sont des attentes que chaque étudiant possède avant de s’embarquer dans cette aventure. Ce que j’ai aimé au premier abord et qui peut sembler bizarre est que même si je venais du Canada, l’attitude des autres envers moi n’était pas pour autant biaisée ; les mêmes règles s’appliquaient sur moi. Il est évident que rester dans une salle de classe pour étudier les théories du développement international, et aller dans un pays en voie de développement pour l’expérimenter, constitue deux sensations très opposée.

En étant au Canada dans mon université, je me demandais pourquoi est-ce que les africains ne se lèvent pas pour changer les choses et améliorer leurs conditions de vie. J’apprenais toutes ces réalités théoriques sur le développement des pays en voie de développement et je me disais qu’il y avait un problème de mentalité, que personne ne désirait vraiment changer les choses. Mais lorsque je suis arrivée au Sénégal et en discutant avec les gens surtout avec les jeunes, je me suis rendue compte que ce même désir de changer les choses et développer le pays ou continent, est extrêmement partagé.

Contrairement à ce qu’on pense, l’exécution d’un projet ne se fait pas en un clin d’œil, quelle que soit son importance et sa valeur. Il faut une étude approfondie des détails du projet et surtout il y a une hiérarchie à respecter, ce qui prend plus de temps qu’il paraît (c’est l’administration). C’est en fait toute cette réalité qui fait le charme même de mon expérience, c’est la réalité !! J’ai eu la grâce de ne pas être tout le temps dans un bureau et de travailler dans un village ; assurément les réalités sont différentes que dans la ville. J’ai eu l’occasion dans le cadre du travail d’aller dans des champs, des fermes, et même des lieux historiques et d’apprendre leur histoire. C’est juste une aventure incroyable. Découvrir le plein potentiel des pays étrangers change d’une certaine façon notre mentalité et donne même encore plus d’idées en ce qui concerne le développement international.

Il y a beaucoup de choses qui m’ont surpris et continue de le faire, et l’une de ces choses c’est le lieu-dit lac rose : une ressource immense en sel que le Sénégal utilise pour alimenter les pays voisins de la sous-région et au-delà. J’encouragerai quiconque à venir vivre ce que je vis, il faut voir pour croire et le charme de tout ça est que je n’en suis qu’au début. J

Why Not Having Expectations Can Be A Good Thing

July 19, 2017 | Catherine, ECH Sénégal, Uniterra - CNCR, Conseillère en gestion d'entreprise

When I accepted this internship, I told myself early on that I would not read too much about the Senegalese culture or look at too many pictures of Dakar, where I would be living. Instead, I spoke to the few people I knew that were either from Senegal or had visited the country before so that I would be aware of the essentials – you know, the health and security stuff. My logic behind this approach was that I did not want to arrive to Dakar with any concrete expectations or concerns about what life would be like here, because the truth is, no matter how much you read about something, or how many pictures you might see on the internet, you will never truly know it until you experience it. So my goal was to arrive with no prejudices or expectations about anything. Of course, I wanted to be prepared so that nothing I was confronted with was too shocking for me to handle, which can be the result of being immersed in any completely new environment.

Overall, I feel like I had all the essential information I needed from the few people I had spoken to who were familiar with Dakar and the Senegalese culture. I am writing this now with just a month left in my internship, and I have to say, this decision I made months ago has really paid off. It is sort of the same principle to me as watching movie trailers – I mean, why spoil the highlights when you are going to experience it for yourself shortly anyway? As soon as I stepped off the plane, I felt like I had made the right decision. I could feel that everything I was seeing and feeling was coming from me, and not something I may have read about or seen pictures of on the Internet. I feel that I have been able to interpret things based on what I feel, and it is important to me to be able to develop my own vision of things based on my own thoughts.

However, I recognize that I was only really able to be confident taking this approach because I had an organization that was taking care of all the important things for me – my housing, my orientation, answering every question I had about everything and nothing. My host organization, CECI, was more than there for me when it came to these logistical details along the way. My transition was made much easier thanks to all of the staff and I am so grateful for that.

I also had the advantage of attending pre-departure trainings with WUSC and the University of Ottawa, which really helped me mentally prepare myself for my mandate. Little did I realize it at the time, but every exercise we did, every topic that was covered, all of the questions shared between interns, would end up contributing immensely to how well I adapted to my new environment in Dakar.

My unique approach in preparing for my departure has contributed to an easier integration into life here and so far, a non-stressful internship. I feel as if I have started to learn to take things in as they come every day, and for me that is the best way to learn about a new culture.

Mets-toi au défi

July 19, 2017 | Marc-Olivier, DVM, Sénégal Uniterra - CNCR, Conseiller en développement de plans d'affaires

Pour vous mettre en contexte, je suis un étudiant en développement international et mondialisation qui vient tout juste de terminer sa troisième année d’étude. À la base, j’avais choisi ce programme sans trop le connaître. Il m’avait été recommandé et j’ai sauté dans l’aventure. Toutefois, n’étant pas dans le programme coop, je croyais que je n’avais pas accès à des stages dans mon parcours universitaire. Faux. Le programme de stage international proposé par la faculté des sciences sociales de l’université d’Ottawa est une solution pour remédier à ce manque d’expérience. Tout comme à mon inscription

universitaire, le choix de participer à cette expérience outremer était une façon pour moi de me lancer dans le vide. À vrai dire, l’utilisation de l’expression « dans le vide », dans ces circonstances, n’est nullement justifiée, car j’aurai été encadré du début à la fin de l’expérience de plus de trois mois. Et bien que le périple soit éphémère, les apprentissages eux sont permanents. Cette occasion d’appliquer et de vérifier les acquis pédagogiques vous sera bénéfique dans un futur pas très lointain. Il est vrai qu’il est difficile de se trouver un emploi dans le domaine des sciences sociales lorsque vous sortez de l’école sans aucune expérience concrète, d’où l’importance de sauter sur cette occasion. Ces trois mois vous permettront de vous créer un réseau, ainsi que de mettre au défi vos capacités.

En quittant pour une période de 12 semaines, vous allez assurément vous créer un réseau de contacts. Ces contacts humains seront de plusieurs types. Il y aura bien évidemment des amitiés, mais également des contacts professionnels. En effet, vous côtoierez des gens provenant de plusieurs secteurs. Avec ceux-ci, vous aurez l’opportunité de discuter de votre vision des choses. Pour ma part, j’aurai eu l’occasion de côtoyer des individus avec un impressionnant bagage de connaissances et d’expériences dans mon domaine d’étude. Ceux-ci m’auront conseillé et guidé face à mon questionnement postuniversitaire. En plus du réseautage, j’aurai appris à me connaître en tant que travailleur. Bien entendu j’avais déjà eu des emplois. Toutefois, c’était le premier qui impliquait directement mon domaine d’étude. Grâce à cette expérience, j’ai confirmé que j’étais dans le bon domaine. De plus, cela m’aura éclairé sur certaines branches du développement qui m’intéressaient plus que d’autres.

Pour moi, ces trois mois au Sénégal m’auront permis de confirmer mon amour pour le monde du développement. Bien qu’il y a des hauts et des bas, on en sort assurément grandi.

Je n’ai pas écrit un blogue

November 30, 2015 | Jacob, Sénégal, Uniterra, Unions Maraîchères des Niayes , Conseiller en genre

Un billet de blogue, un troisième, le voilà. Il y est. Mais pour quoi dire? Quoi faire? Je pourrais relater mes aventures sénégalaises, mes moments de gloire et ceux moins glorieux, mais lesquelles? Comment devrais-je la traiter? Un angle en particulier? Rester objectif? Devrais-je y aller de façon spontanée? À quoi bon, ce n’est en pas en quelques pages que je rendrai honneur aux trois derniers mois qui m’ont trimbalé au rythme de vie africain. Ce n’est pas non plus en une seule publication que je pourrai dresser un portrait acceptable de ce qu’il en fut. Malgré la plus grande prétention, ces trois derniers mois furent trop chargés.

Je pourrais compter mes quelques jours lorsque j’ai voulu visiter Dakar au début de mon séjour. En ce faisant, je critiquerais probablement la pollution qui m’a empêché d’aller à la plage. Peut-être que j’aborderais l’immense statue qui trône au somment de Dakar et qui reste ignoré de la part de l’administration sénégalaise parce qu’elle fut instaurée par le gouvernement précédent. Si j’avais à parler de mon tour de Dakar, je serais probablement obligé de dire que, malgré mon effort, tous les restaurants de qualité que j’ai fréquentés n’étaient jamais tenus par des Sénégalais. Je critiquerais aussi toutes les constructions aléatoires en bloc de ciment à l’image de constructions Lego. Toutefois je ne parlerai pas de ma visite de Dakar, je ne vois pas comment je pourrais aborder le manque d’intérêt de mes collègues pour ces visites monotones. Je n’ai pas le gout de dire qu’après quelques heures j’avais l’impression « d’avoir fait le tour ».

Parler de mon voyage, de mon expérience voudrait aussi dire expliquer où j’ai réussi à trouver sommeil, c’est-à-dire les différents logements où j’ai séjourné. Mais bon, je ne crois pas particulièrement éloquent de ma part de donner une description de mes logements ou d’en faire le procès. Savoir que j’ai passé une semaine dans une maison de transition à Dakar n’est pas d’une grande importance. Je pourrais dire la même chose des gens qui y habitaient, mais je ne leur ai pas assez parlé pour en savoir quelque chose. C’était passager, éphémère, presque confortable, suffisant, ni plus ni moins. C’était moyen. C’était très similaire à la chambre d’hôtel qui m’a servi de refuge pour mes trois premières semaines lorsque je suis arrivé à Thiès. Assez sombre, en hauteur, voisiné par d’autres chambres similaires qui abritaient des amoureux. J’y passais mes soirées mieux que je l’aie cru. Entre boulot et resto, j’y trouvais un certain réconfort : eau, internet, femme de ménage, gardien. En abordant mes logements, je ferais du troisième une description plus longue. Je tenterais de le décrire sans être péjoratif ou négatif, parce qu’il ne faut pas dire de mal de ce qui est différent ou extérieur, surtout sur une plateforme ouverte. J’aurais évité de dire que la population habitant la maison était principalement composée de cafards, d’araignées et de mouches. Je ne dirais pas non plus que l’eau a manqué pour plus de 27 jours. Je n’aurais pas non plus dit que la maison n’était pas bien sécurisée et que nous avons été victimes de cambriolages, à deux reprises. J’aurais probablement expliqué que je me suis seulement lavé dans le noir et à l’eau froide (quand j’en avais) parce que le système d’électricité de ma salle de bain était brisé, j’ai trouvé ça rigolo une fois remis en perspective. Mais bon, je ne parlerai pas de mes logements, ça serait trop futile et insignifiant en comparaison avec le reste du pays.

Si j’étais obligé d’écrire un biais de blogue sur mon stage, on attendrait de moi que je relate des expériences liées à mon stage, que j’en parle, que je le décrive. Je ne vois toutefois pas la pertinence de vous parler de ma vie de tous les jours dans ce bureau. Il est trop simple. Blanc, rectangulaire, serré, chaud, bruyant. Aux yeux d’intellectuels ma tâche paraitra intéressante, mais expliquer comment intégrer le genre dans une organisation où tous sont musulmans serait prétentieux de ma part. Avoir faite un blogue, cette partie aurait été la plus importante. Élaborer en détail sur ma présentation qui évoquait les différents moyens d’inclure les femmes au sein de l’AUMN, expliquer comment on a procédé pour sélectionner les prochaines personnes à prendre part au projet et expliciter comment les journées sur le terrain ont été. Mais ce n’est pas l’objectif ici. Je n’écris pas un blogue.

Les liens que j’ai tissés, les personnes que j’ai rencontrées, les échanges que j’ai eus, etc. Tout ça ferait partie du blogue. Mais j’ai déjà parlé de celui qui m’a gentiment invité à passer la Tabaski chez lui avec sa famille. Je devrais toutefois rendre hommage au vendeur de thé qui n’a pas hésité à m’appeler son ami quand nous avons commencé à nous fréquenter après que je lui ai acheté un thé. Il serait la partie principale de ce paragraphe sur mes relations sociales puisqu’il fut mon seul et principal ami à Thiès, là où j’ai passé dix semaines. Il mériterait que je lui fasse honneur, mais je ne suis pas ici pour lui lancer des fleurs, je n’écris pas un blogue. Il n’en reste pas moins que c’est avec lui que j’ai passé la plupart de mon temps quand j’étais accompagné. Il était de bonne compagnie ce Lamine. Nous prenions le thé, nous échangions sur nos cultures, désormais nous n’échangerons que par Facebook. Et ce, si la vie lui en donne accès, Inch Allah.

Mais je n’ai pas écrit un blogue, un blogue c’est trop libre, trop peu structurer. L’infinité d’options qui m’est offerte dans l’écriture d’un blogue me bloque. Je suis tiraillé de tous les côtés : à gauche, à droite, derrière, parfois devant, je fais du sur-place. Cette anomie stylistique m’angoisse, j’aime mieux imaginer ce que je pourrais en faire que de prendre position. Sans me commettre, sans choisir, je laisse la porte ouverte aux options que je n’explorerai pas.

Enfin installé !

October 27, 2015 | Jacob, Sénégal, Uniterra, Unions Maraîchères des Niayes , Conseiller en genre

J’en suis à la fin de ma septième semaine et ce que j’anticipais lors du premier blogue se concrétise difficilement. Je suis enfin logé pour de bon (depuis le 18 octobre). J’ai désormais accès à l’eau et à internet, un gros plus quand je dois remettre les travaux. Je peux alors me laver ainsi que mes vêtements en plus de cuisiner, un luxe auquel je ne dis pas non.

Suffisamment bien installé, je peux désormais mettre toute mon énergie sur la tâche que j’ai à accomplir avec mon organisation locale. C’est ainsi que j’ai pu concevoir une formation qui traitait de l’égalité entre genres en organisation. La prochaine étape que j’aurai à franchir avec l’AUMN (l’organisation locale qui a fait appel au CECI pour me recruter) sera d’aller sur le terrain et d’instaurer des cellules genre auprès des unions. Ce sera un défi de taille, nous devrons sensibiliser les travailleurs à de tout nouveaux concepts et tenter de les intégrer en même temps dans les pratiques organisationnelles. Bref, j’ai très hâte de me déplacer dans les régions sénégalaises pour mettre le tout en œuvre.

Logement, boulot, le Sénégal ce n’est pas juste ça. J’ai aussi eu la chance de rencontrer des gens et de me faire des amis. À défaut de pouvoir fréquenter des gens de même culture que moi dans la ville où je suis posté, je me suis mis à fréquenter quelque sénégalais. Sans que ça prenne trop de temps, on me considéra comme un ami. C’est depuis le début de ces fréquentations il y a quelques semaines que je peux meubler mes temps libres et m’incruster encore plus dans la culture du pays. Je suis même récemment sortir en boite de nuit avec eux. Ce fut très intéressant de voir les différences d’une même chose lorsqu’on change d’endroit. Je fus surpris de voir comment les jeunes Sénégalais ressemblaient et adoptaient les mêmes façons de faire que les jeunes occidentaux.

Évidemment, je ne reste pas à rien faire lors de ce séjour au Sénégal. Outre le travail que j’effectue de 9h à 18h avec mon organisme d’accueil, je participe à la vie sociale. J’y participe de deux façons. Premièrement, je continue de pratiquer les activités dont j’ai l’habitude de faire au Canada. Par exemple : aller à la salle de sport, lire, ou aller aux soirées dansantes. Cela me permet de socialiser et de me créer un cercle de contacts pour échanger et discuter un peu. D’un autre côté, j’ai pris l’habitude de plusieurs Sénégalais qu’est de prendre le thé. Normalement, c’est quelque chose que je ne fais pas, mais ici, c’est très rependu en plus d’être agréable. C’est un élément culturel très important qui permet de bien s’intégrer. De cette façon, j’ai rencontré les gens avec lesquels je passe la plus grande partie de mon temps.

Un travail bien estimé, d’intéressantes rencontres, des loisirs variés et des maux de tête liés à mon logement; il n’en fallait pas plus pour bien remplir la première moitié de mon voyage en Afrique. Espérons que le tout ne fasse que s’améliorer!

Le premier 1/3 d’un stage au Sénégal

October 1, 2015 | Jacob, Sénégal, Uniterra, Unions Maraîchères des Niayes , Conseiller en genre

Quatre semaines se sont écoulées depuis mon arrivée au Sénégal et je commence à comprendre ce qu’il se passe réellement ici. Au début, tout était flou et rien n’était solidement préparé, cela, même avant de partir. Sans trop me casser la tête avec cette organisation et cette logistique à s’en tirer les cheveux, je me suis assuré que tout ce qui pouvait être sous mon contrôle soit bien géré. Or, très peu de choses relevaient de moi. Je pris un pas de recul et je laissai couler l’eau sous les ponts.

Le début de mon stage ressemblait à une chute de dominos. Mais ces dominos ne tombaient pas parfaitement, ce n’était pas ceux qu’on a l’habitude de regarder pour notre divertissement. C’était plutôt le genre de dominos qu’un enfant aurait mis en place, ils pouvaient tomber avant qu’on en lance le départ, ou encore, ils pouvaient arrêter de tomber et il fallait donner un petit coup pour relancer le processus.

Heureusement qu’ils ont finis par tomber, j’ai pu débuter mon mandat. Ce mandat consiste à la mise en place et à la préparation de formations pour la commission genre que mon organisme a mise en place avant mon départ. Ça peut paraitre compliqué ou évasif comme description lors d’une première lecture, mais cette définition fut la première chose qui structura mon stage sur le continent.

Une fois bien organisé au travail, il ne restait plus qu’a dormir confortablement quelque part. Où? Je ne sais pas. C’est cette question à l’allure banale qui occupa mon premier mois au Sénégal. Changeant de ville, de résidence et de personnes ressources pour tout bâtir ce casse-tête aux minuscules morceaux, je devrai y parvenir bientôt. Je peux au moins me rendre au boulot, quand j’en ai la chance.

À l’heure d’écrire ce blogue, je devrais être bientôt installé dans le confort d’une maison sénégalaise. Je pourrai tisser plus fermement les faibles liens qui m’unissent aux quelques Sénégalais qui m’ont offert leur hospitalité et leur gentillesse en ce début de parcours.

Ce qui est censé suivre augure bien, il suffira de continuer à s’adapter au continent. Mon principal défi sera d’adopter la vision circulaire du temps, celle qui se distingue de la vision occidentale, celle qui voit le temps de façon linéaire. Bref, il me sera impossible de ne pas tirer un maximum profit de cette expérience qui ne fait que débuter.

Une croissance personnelle

August 12, 2014 | Rémi, POL, Jeunesse Canada Monde, Sénégal, RADDHO

Étant de retour au Canada depuis une semaine, les habitudes reprennent tranquillement leur place et la vie quotidienne se réinstalle peu à peu. Le partage d’expérience lors de la semaine de réinsertion aura permis de comprendre les anxiétés et les différentes expériences vécues par les stagiaires ayant voyagés dans d’autres pays. Tous assurément ont vécu des moments incroyables dans leur pays d’accueil.

Personnellement, chaque expérience à l’international me permet de me découvrir un peu plus moi-même. Je découvre ou redécouvre de quelle façon je me comporte face à des situations de stress ou tout simplement dans un environnement qui ne m’est pas familier. Le Sénégal m’aura permis, entre autres, de réaliser à quel point les contacts humains sont importants. Ainsi, le simple fait de prendre le temps de bien se saluer et de s’informer de l’autre personne est une habitude sénégalaise que j’espère garder avec moi. Bien que certains comportements sénégalais puissent encore aujourd’hui me laisser perplexe, cette intégration de trois mois dans la culture sénégalaise aura certainement fait de moi une meilleure personne, et ce, en essayant d’intégrer dans ma personnalité des habitudes sénégalaises qui favorisent les contacts interpersonnels.

Premiers jours

May 16, 2014 | Rémi, POL, Jeunesse Canada Monde, Sénégal, RADDHO

Départ pour le Sénégal

Le départ est d’Ottawa, l’arrivée est à Dakar. Avant de débuter le stage de trois mois dans un pays et un continent qui me sont encore inconnus, il me faudra d’abord m’y rendre. Pour ce faire, des transferts à Détroit et à Paris seront nécessaires. Dans les deux cas, j’aurai à patienter près de huit heures. Ce sera très long; j’ai apporté quelques livres afin de me divertir. Espérons qu’internet sera accessible. Visiter quatre aéroports en 36 heures, c’est un voyage en soit. Pendant cette attente interminable, j’aurai beau me plaindre, cela ne changera rien à la durée de l’attente qui est hors de mon contrôle. Tout ce que je peux faire c’est être à l’heure. « Je suis en charge, mais pas en contrôle » comme nous avons vu dans la dernière séance préparatoire. Ces paroles prendront fort probablement tout leur sens quand viendra le temps de travailler pour mon organisme local, la RADDHO. Selon quelques commentaires d’étudiants ayant travaillé pour cet organisme, la désorganisation serait présente, laissant bien souvent à eux-mêmes les stagiaires. Il vaudra probablement mieux mettre de côté, du moins partiellement, les critères de performances occidentaux, afin de juger de l’efficacité de cette organisation.

Cependant, avant même d’entrer dans mes nouvelles fonctions, j’aurai une semaine pour m’habituer à mon nouvel environnement. Pour moi qui suis habitué de vivre selon mon propre horaire et mes priorités, l’arrivée dans une famille d’accueil sénégalaise apportera beaucoup de modifications à mon mode de vie. J’ai déjà eu l’occasion, par le passé, de vivre dans un autre pays pendant quelques mois, mais je ne fus pas dans une famille. Ainsi, selon les informations préalables que j’ai reçues, nous serons autour de 8 personnes à vivre sous le même toit. Avec trois jeunes enfants en bas âge, cela apportera probablement son lot de joies, tout comme son lot de cris et de pleurs.

En cours de vol

On m’avait encouragé à profiter des quelques jours entre la fin de la session universitaire et le départ pour le Sénégal pour habituer mon corps à l’heure avancée du Sénégal, afin de faciliter la transition et ainsi éviter le décalage horaire. Plus facile à dire qu’à faire. Pendant le trajet, toutes les opportunités furent bonnes pour tenter de dormir, car le sommeil en avion ou dans l’aéroport n’est pas le plus réparateur. J’ai donc misé sur la quantité de sommeil et non sur la qualité.

Arrivé à Dakar

C’est fait, j’ai posé mes premiers pas en Afrique. Contrairement à ce qu’on m’avait dit, je n’ai pas senti de « mur de chaleur » une fois descendu de l’avion. Arrivé en soirée, la température est plus fraîche. J’aurai donc tout le lendemain pour cuire sous le soleil de Dakar.
Avant de pouvoir sortir de l’aéroport, il me faut passer les douanes et obtenir mon visa. Encore une fois, « je suis en charge, mais pas en contrôle ». La seule autonomie que je possède est celle de me tenir bien droit en attendant qu’on imprime sur mon passeport le visa sénégalais. Mis à part cette infime souveraineté sur ma personne, l’attente est interminable. Je profite donc de cette occasion pour regarder ce qui m’entoure et observer que tous les gardes de sécurité semblent être en charge de ce qui se passe, en donnant des indications à leurs collègues. Difficile ainsi d’identifier le « véritable » patron. Mon tour arrivé, mon sort est maintenant entre les mains de l’officier du fond de la pièce…