Archives - ‘Burkina Faso’

Life in Dédougou

March 4, 2014 | Valerie, DVM, WUSC, Burkina Faso, REVS +

Coming into my eighth week over here in Dédougou, I’d say I have developed a pretty routine lifestyle. I’ve become accustomed to the frequent stares and being called the ‘tobabou mousso’ – the white woman and occasionally ‘la chinoise’ as well as of a diet of constant leafy gooey sauces with milled millet and rice platters along with my daily Coke to settle any complaints my stomach expresses. I’ve also learned how to be resourceful with the availability of water. As the weather gets hotter (up to a high of 38 C), water shortages are more frequent, sometimes up to 24 hours. I initially made the
mistake of not keeping enough water in stock, but now take advantage every time running water miraculously appears at volatile times of the day.

The majority of my time is spent at work where my daily interactions with my colleagues have lead me to build a somewhat closer relationship to them than in the initial month. This week was particularly interesting, because I finally had the opportunity to attend an HIV/AIDS outreach session in a village and in a school. I didn’t understand much, as they were held in their local dialects, but it was always amusing to witness people uncomfortably laugh and some covering their faces at the distribution of condoms. Even though the rates have significantly improved (approximately 1.2% off the population in 2009), questions about HIV/AIDS remain, and the stigma around it continues.

A beneficiary came to see us because she wanted to refer her sister for the test to see whether she was HIV positive or not. With loquacious characters in small villages where everyone knows everything about each other’s business, she had heard from someone that her brother in law was being treated for HIV/AIDS. Her sister was referred to what we call the ‘Centre de ‘Dépistage Volontaire’ and took the test – the result: HIV Positive Type 1. The husband omitted this from his relationship with his wife, pretty sly if you ask me. This anecdote gives you only a slight idea of how relationships are over here between men and women. The fault will always lay be upon the woman, if a couple is unable to conceive a child, it is without a doubt that the woman who is infertile. This is a patriarchal society, where the woman is believed to be inferior to the man, she is a gnat. She must submit to him, because she was created within the man as mentioned in the bible that the woman came out of the man’s flank. Note that the main religions here are Catholicism, Muslim and Animist, though regardless of their faith, they all believe the same thing. Religion over here peacefully coexists, where inter religious marriages are not uncommon, but everyone here practices to some extent animist rituals.

Anyway, whenever engaging in a conversation with a man on this topic, I can never get any cogent response to my inquiries as to why they think women should not have the same rights as men. I listen to them with incredulity and abhorrence and they look at me with a disagreeing countenance as I explain that in Canada, women and men are equal and have the same rights (not to say that we are post gender equality, but at least the concept resonates within the majority). I thought with this country celebrating Women’s National Day coming this 8th of March as a national holiday, there would have a certain consideration for gender quality within the society. As previously mentioned, I do live in a village (I was definitely mistaken about the population, it is actually closer to 80,000 than the previously mentioned 30,000) and the perspectives are very different from ones from the capital city, therefore it is not to say that the perspectives over here are representative of the entire country. Beside this irksome mentality and obstinate attitude, people do have a funny sense of humor. There are various ethnicities in Burkina Faso and over 60 spoken dialects, where I am presently, it is the village of Boamo, where the Chief of the Village himself is Boamo. As Dédougou is a becoming village/city, there is an eclectic mix of ethnicities.

The most common pleasantries that I have heard are between the Samo and Mossi where the former
will call the latter his slave, as it once was. Or one will comically harangue the other about their incompetence; most problems get solved through these seemingly cantankerous pleasantries. It’s interesting to witness as I’m never sure as to whether they are being serious or not since the ambiance does get intense, until there is that loud outbreak of a heartily laughter.

The month of February has been an interesting one for Dédougou. At this time of the year, it is considered as the New Year for the Boamo, as they start to pray for the rain to fall. Men of Boamo ethnicity will dress up in masks (masks over here mean that the entire body is covered, and not the just the face) made of leaves and branches. During the entire month, there are hundreds of them peregrinating the streets barricading you until you give them money that you throw on the ground. They run after those who provoke them, and hit them with a wooden stick that they carry around with them complementary to their whip. I wouldn’t say that they hit very hard, but I have heard stories where in some cases, people have been beaten because of provocation.

The last week of February also came to know a week full of excitement as biannual the Festival of Masks – FESTIMA began. Many countries of West Africa gather here in Dédougou to perform and show case their masks made of resplendent tissues and fibres. I feel fortunate to have been able to attend the festival, as many foreigners travel to Burkina Faso solely for this event. I’d say it also brings a moderate amount of revenue for the village as well as more visibility. On that note, Dédougou will also be hosting Independence Day this coming December, which means that there will finally be paved roads and less of the omnipresent red dust! There is definitely a lot of potential for Dédougou, which I hope someday I could return and observe its transformation.

A handshake for all

February 3, 2014 | Valerie, DVM, WUSC, Burkina Faso, REVS +

A handshake for all

This will sound trite, but the first month has gone by relatively quickly. I am presently living in Dédougou, about 250 kms away from the capital of Burkina Faso, Ouagadougou.  The population is about 30,000 people, though it is difficult to say since I’m not sure when the last census has been done. Even though it is a relatively small village, it is hard to find you’re way around at first, as there is no map! I’m not sure how the village is managed, but people here just have an inherent knowledge of where things are. By the fourth week, I’ve managed to locate the main things such as the market, and the hotel, which is one of the few places of which I can access the Internet.

My disconnection with my networks back home has in turn benefited my ease of my integration within the Burkinabé culture and the people. Their warm welcomes make salutations important whenever running or meeting someone. A handshake is always exchanged between a friend, an acquaintance or a stranger. If the conversation is congenial to one’s delight, up to four handshakes can be exchanged within a short ten-minute chat.  The confabulations always involve loud verbalization, comical facial expressions including raised eyebrows and lips smacked together creating that ‘duck face’ and in some cases, very strong emotion. People are remarkably engaged in their community, social networks and in the politics of their country. As a woman, I only usually partake in the women’s circle of conversations, as the segregation between both sexes is prominent; at any kind of event I attended including weddings, birthdays and baptisms seldom did I see the presence of men. On that note, the conversation that is frequently discussed is the topic of the opposite sex. I am often asked whether it was the same in Canada, where men have numerous wives – they are sometimes surprised to hear of these monogamous relationships that we Occidentals have, and often laugh when I say that I would never accept to be a co-spouse. It has also happened on a couple of occasions where I was asked whether I wanted to be part of the requestor’s polygamous relationship. I’m told that polygamy is just the way things are over here, and it’s often practiced because apparently there are more women than men (I’m not sure whether this has been statistically proven). Overall, the dynamics of relationships is hard to decipher - you don’t usually see couples being very affectionate. Whenever my host father comes home he shakes both my hand and his wife’s; to my knowledge, marriage over here is more for convenience.

My living with a host family has also allowed me to perceive the reality of how the average family lives like. I live in a relatively comfortable home. There is a courtyard with a main house where the family of four sleeps in (the parents and their two sons aged 5 and 16) and there is an outhouse where I sleep in which it has two rooms separated by a cement wall. Usually, families will build a separate house from the main house either for their parents or for the son, should he decide to continue to live at home with a future wife. The toilet facilities are what you would expect to have in a village – a hole in the ground to which I still have yet to perfect the art of squatting, and an area right next to it for a refreshing bucket shower under the hot African sun.

Our meals are shared together, with the exception of breakfast where I will eat something lighter than leftovers from the previous night’s supper. My host mother prepares two meals a day. The variety in food ranges from “riz gras”, which can be compared to a stir fried rice with tomato sauce and few pieces of meat, “tôt” which are milled millet or corn that is boiled and then becomes this silicone texture accompanied with a sauce that is either made from leaves of a tree such as a baobab, or the leaves of potatoes and sometimes a peanut sauce with fish or meat. Salads are also common, though the Burkinabé love copious amounts of mayonnaise for flavour, which is not so appetizing to my taste. And for dessert, it is usually fried flour with sugar. You’ll find a lot of fried snacks with the oil seeping through the plastic bags when they serve it to you in the streets. The variety in food unfortunately is quite limited, and as we’re not in one of the major cities in Burkina Faso, food is quite expensive. The only fruits you will find are bananas and papayas, though I am anticipating the season of mangoes in a couple of months! And the choice in vegetables is not grand either.  The food overall does not have that taste that I will ever crave, I often find myself wanting pizza, ice cream and any other good dairy product!  Thankfully, work often keeps me distracted from all of these cravings.

My work schedule with the REVS+ Association (fight against HIV/AIDS) is from Monday to Friday from 8 am to 2 pm, which is pretty great – I have the rest of the day to myself. My main mode of transportation is my bike, which I am grateful for since there are no means of public transportation, not even taxis. The bike to work is always great in the morning when the air still crisp, but in the afternoon, it becomes more of a task when the persisting sun multiplies the beads of sweat trickling down your back and the red dust of the unpaved roads hindering your vision and the inevitable inhalation of dirt from the cars that create a storm with their vehement speed.

Work on the other hand is of an interesting learning experience. It has tested the virtue of patience and has taught me how to be resourceful. Within the first two weeks, introductions were mostly made with important authorities within the village (including the Mayor and the Chief of the Village) and as previously mentioned, salutations are important, especially if there is a foreigner staying within their village. After all the meet and greets, things were moving slowly at work, the women who themselves are volunteers are hard workers, however they do not have the necessary tools to assert their credibility. There are fortunately two functioning computers, but the basic knowledge in the use of basic Microsoft Office is limited, and much of the work is done by manuscript. Coming from a generation where everything is electronic, this definitely posed as a challenge to my working habits. I am still trying to adapt to their working environment, but it is difficult to concentrate, as children of mothers become a distraction, and when I say that the office is open at 8, people really start coming in at 9.

I must say that my first couple of weeks were difficult. It first started with not having my luggage, which I managed to deal without for the first week as I packed some extra things in case of this exact situation. Afterwards, my laptop had the worst timing and place of where it decided to stop working. As my dependency heavily relies on my laptop to get work done, and to connect with people from home, I felt quite isolated without it. Also, having digestive problems and having to use my little strength in my thighs to keep a squatting position really pushed me out of my comfort zone, which is exactly what I wanted coming into this adventure, I just didn’t predict it would be this stressful. But I remain optimistic, as I will soon be receiving a new laptop and things at work are finally starting to pick up.  I am most certainly excited to reinvigorate the new month of February with more positivity!

La fin du stage approche dangeureusement…

March 21, 2012 | Léa, CRM, Association Solidarité et Entraide mutuelle au Sahel, WUSC, Burkina Faso

Bonjour à tous!

La fin de mon stage approche à grand pas. Il a passé à une vitesse folle. J’ai l’impression que c’est hier que je mettais un pied au Burkina Faso pour la première fois. Ils avaient raison, 3 mois c’est court. J’essaie tranquillement de faire l’inventaire de tout ce que j’ai pu apprendre ici.

 

La tâche se révèle être beaucoup plus ardue que je ne l’aurais d’abord cru. J’ai donc décidé de commencer par l’inverse. C’est-à-dire ce que moi j’ai bien pu apprendre aux gens d’ici durant mon stage. C’est en effet beaucoup plus facile. Puisque ce que j’ai apporté se trouve à être des connaissances pratiques et tangibles. Durant mon stage j’ai donné des formations, crée des documents de références, produit des maquettes, élaborer des nouveaux outils, j’ai agi à titre de conseillère, j’ai tenté de leur montré d’autres manières de procédé, etc. J’ai aussi réussi à faire de la Poutine et de la faire goûter à mes connaissances ici. Je leur ai aussi fait découvrir le Canada à travers quelques photos que j’avais et plusieurs petites anecdotes ici et là. Je me suis rendue compte à quel point le Canada est idolâtré par les gens d’ici. Pour eux, le Canada est une sorte de paradis où la vie est meilleure. Je me suis alors mise à penser à ça. Et sincèrement, j’ai eu de la difficulté à déterminé lequel des 2 pays était meilleur. Les 2 ont des côtés positifs et négatifs. Je me suis mise à penser qu’un mélange des deux pays serait parfait.

 

Cependant, ce qui fait la beauté de toutes choses ou ce qui les rends uniques c’est leurs bons ET mauvais côtés. Je ne peux donc pas dire lequel je préfère. Je crois que 6 mois au Canada et 6 mois au Burkina, me plairait bien!

 

Ce voyage m’a tellement apporté. Comme j’ai dit un peu plus haut, j’ai aussi apporté une contribution au réseau pour lequel je travaillais, mais ce n’est nullement comparable à tout ce que j’ai pu apprendre ici. Le mode de vie ici est simplifié. Je me souviens qu’à mon arrivé au Burkina, lorsque je revenais à la maison je parlais un peu avec la famille où je logeais, puis je me rivais à mon ordinateur pour garder le contact avec mes amis au Canada. Plus les semaines avançaient, plus je délaissais mon ordinateur pour me concentrer sur la vie social d’ici. Puis, sans que j’en aie conscience, les soirs et les week-ends je n’utilisais tout simplement plus mon ordinateur et j’en profitais pour voyager et tourner en ville avec mes amis d’ici. J’ai commencé à adopter les mêmes habitudes que les gens d’ici.

 

 

Je me demande sérieusement ce que je vais faire au Canada avec toutes ces habitudes. Par exemple, à 14h tous se rassemblent devant la télévision et écoutent la série qui passe. Au départ, je trouvais le jeu d’acteurs mauvais, la traduction pénible, puis tranquillement je suis devenue accro. Pas tant à la série, mais plutôt au moment que tous passent ensemble. Il n’est pas rare que 30 minutes après la fin de l’émission qu’on en discute encore. On en parle, comme si la série était réelle! J’ai aussi pris l’habitude après le travail de m’asseoir dans la cour ou dans la rue avec ma ‘’famille’’ et de discuter avec voisins et amis. Dans la rue, les gens me reconnaissent et me salut et je fais de même avec eux.

 

J’ai commencé à apprendre le Moré et à ponctuer mes phrases d’expressions Moré. Lorsque je vais au marché pour acheter de la salade, cela peut me prendre facilement 1h. Puisque aller acheter de la salade au marché, c’est tout un évènement social! Je rigole un peu, mais c’est quand même vrai. Je parle avec les dames du marché, elles me parlent de leur petite famille, etc. Les habitudes que j’ai prises ici ont toutes un lien avec l’aspect social. Je dois avouer que j’ai un peu peur pour mon retour au Canada.  Puisque je sais pertinemment qu’au Canada la vie sociale est moins riche. On ne prend pas la peine de se saluer ou d’engager une vraie conversation.

 

Je pourrais continuer de le faire à mon retour, mais j’ai l’impression que socialement parlant les gens me trouveraient ‘’inadaptée’’. L’autre scénario serait que les gens y prennent goût comme moi.  J’espère que les gens vont y prendre goût, parce que j’ai vraiment l’impression que ce climat va énormément me manqué. J’ai aussi commencé à apprendre les rudiments de la langue, j’aurais énormément aimé continuer de l’apprendre et m’améliorer. Ce sont pleins de petites choses comme ça qui me font regretté que mon stage se finisse si tôt.

 

Mais en même temps, j’ai bien hâte de retrouver ma maison, mon lit, mes amis, la famille et tout ce que je connais. Par contre, j’ai  l’impression qu’eux vont toujours être là, tandis que le monde que je me suis construit ici, lui va disparaître.

 

Comme mes amis au Canada me disent : Une chance que tu as des cours à l’université à ton retour, sinon on a l’impression que tu resterais là-bas….Et ils n’ont pas totalement tort!

On en rêve…

February 13, 2012 | Léa, CRM, Association Solidarité et Entraide mutuelle au Sahel, WUSC, Burkina Faso

L’étranger, c’est exotique. . On veut voyager. On nous offre un stage en ce si bel étranger. On a déjà voyagé, on connait nos limites, on se sent fort, on peut réussir. Cependant, il faut plus que ça. Un stage et un voyage sont deux choses complètements différentes. Un voyage, on est de passage, on est plusieurs, on rencontre d’autres gens comme nous. Un stage, il y a une routine. On s’impose dans la routine des gens qui vivent ici. Il n’y a plus de jeune comme nous. C’est une nouvelle vie, vous venez de déménager.  Et cette fameuse routine nous sécurise. Je crois que ma routine a été la clef de mon intégration. Puisqu’une fois qu’elle fit installée j’ai pu mieux découvrir ce qui m’entourait et adapter peu à peu ma routine à mon nouvel environnement. Un des exemples les plus simples, c’est qu’à tous les matins je vais acheter mon pain à la petite alimentation du coin. Au départ, je me contentais de payer mon pain et de ressortir. Puis, au fil des jours je me suis mise à avoir des contacts avec les gens, à prendre des nouvelles etc. Je crois donc que c’est la clef de l’intégration, une routine de base qu’on étoffe tout au long du séjour.

Jusqu’à présent, je profite de toutes les occasions que cette expérience peut m’apporter. Mon stage me permet d’être en contact direct avec des gens de tous les milieux et ce à travers le pays.  Je tente donc de comprendre les différences entre les différentes régions du Burkina Faso. Puis, je me rends compte que c’est comme au Canada. Chacun préfère son coin de pays aux autres. Puis, pour confirmer la règle, certains préfère leur région d’adoption. J’avais l’impression en arrivant ici, que les régions se ressembleraient beaucoup étant donné que le pays est petit.  Mais ce n’est pas le cas. Les régions possèdent des grandes différences. Je crois même qu’elles sont encore plus différentes que les différentes régions au sein d’une de nos provinces. Premièrement, il y a les langues qui diffèrent d’une région à l’autre. La langue officielle du pays est le français. Cependant, les gens qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école ou autre, ne maîtrise pas bien le français. Puisque la langue maternelle des gens ici est le dialecte propre à leur région. Personnellement, je suis à Ouagadougou la capitale du Burkina. Le dialecte principal est le Mooré. Parfois il m’arrive donc de rencontrer des gens qui connaissent très peu le français et comme je connais très peu le Mooré, cela donne des conversations très divertissantes. Cependant, dans d’autres régions il s’agit du Djoula ou du Tutulé. Je ne suis malheureusement pas sur de l’orthographe, ces langues se parlant couramment, mais s’écrivant difficilement. Si je ne m’abuse, il existe près de 60 dialectes complètement différents. Je trouve cela très intéressant! Surtout si on compare avec la superficie du pays pourtant  pas si grande. Un autre aspect qui permet aux différentes régions de se distinguer entre elles est la religion. Il existe trois grandes familles de religions au Burkina : Musulmanes, Chrétiennes et Animistes. Chacune d’elles comportent des sous-familles. Ce qui au final donne un éventail assez impressionnant. Me retrouvant dans la capitale, j’ai la chance de voir une grande partie de ces différentes religions. Cependant, on m’a dit qu’habituellement dans les villages il y a une religion dominante qui regroupe les différentes familles du village.  J’ai cru comprendre que la religion servait d’élément rassembleur. Je crois qu’elle fonctionne un peu comme élément social de la société.   Par la suite, il y a aussi la culture en général qui diffère selon les régions. Il y a des différentes au niveau des croyances, des habitations, du code vestimentaire, du marché, des horaires, etc.  Depuis le début de mon stage, j’ai eu la chance de visiter plusieurs villages avoisinant. Un des villages devait se lever avant le soleil pour démontrer qu’il n’était pas paresseux. Un autre devait se lever avec le soleil pour ne pas ‘’insulter’’ le soleil. Du moins c’est ce que j’ai cru comprendre. J’ai un doute, par contre, sur l’utilisation du mot insulter. Je crois que cela tourne plutôt autour de l’optique que de se lever avant le soleil pourrait être vu comme un sacrilège.  Dans un village que j’ai visité on savait qu’on pouvait semer que lorsque le premier œuf de crocodile était éclos. Cela annonce la saison des pluies. Et ainsi de suite.  Je savais qu’il existait une grande diversité au Burkina Faso, cependant je ne croyais pas qu’elle était si riche.  Je ne m’explique pas le pourquoi. Cependant, je me souviens d’avoir entendu que les pays occidentaux avait séparés l’Afrique en différents ‘’territoires’’ sans se soucier des peuples y vivant. Je me l’explique en partie comme ça. Mais sinon, je ne saurais dire!

Une chose est sure! Je ne me plaindrais pas de cette diversité culturelle. Elle me permet d’apprendre sur le pays, certaines pratiques et tout. Il y a même certaines pratiques qui m’enchantent énormément. Je crois même avoir de la difficulté à les oublier une fois rendue au Canada. Comme par exemple la manière utilisée pour manger, les expressions locales, les horaires, le côté social ou tout simplement la sieste d’après-midi. J   

Ce stage possède aussi son côté touristique! Jusqu’à présent j’ai été visité une réserve d’animaux, pour faire un Safari en fait. J’ai aussi été visité des Caïmans sacrés.  Le safari était génial! J’ai vu les mêmes animaux que nous avons dans nos Zoo…sauf qu’ici ils sont sauvages et en libertés. L’expérience est sublime! En ce qui concerne les Caïmans sacrés j’ai appris une merveilleuse croyance et histoire :

Il y a très longtemps un peuple vivait sur les terres de cette région d’Afrique. À cette époque le tout ressemblait plus à une forêt tropicale qu’a un désert. Les femmes devaient parcourir une quinzaine de kilomètres pour pouvoir avoir accès à l’eau. Ce que celles-ci ne savaient pas, c’est que sous leurs pieds, il y avait de l’eau. Un jour, une femme à vue les traces d’un crocodile. Les traces étaient humides. Il y avait donc de l’eau à proximité. Elle a suivi les traces jusqu’à trouver un ‘’peuple ‘’ de crocodiles qui vivaient pour ainsi dire sous la terre. Les crocodiles avaient découvert une nappe d’eau souterraine. Les villageois ne croyaient pas à leur chance. Ils ont donc exploité cette nappe. Cependant, ils étaient des gens d’honneurs. Ils ne pouvaient chasser les crocodiles de leur habitat. Encore, moins les pourchasser et les tuer. Cette partie de la légende est floue…mais elle sous-entend un accord entre les crocodiles et les humains. Ces derniers les protégeraient et en échange les crocodiles feront de même. Les hommes créèrent une marre pour les crocodiles. Depuis, cette époque les crocodiles sont sacrés dans ce coin de pays. Il y en a environ une centaine. Les enfants, le bétail, jouent tout près de la marre, sinon directement dedans. Parfois un mouton disparait, mais plus souvent on les offres aux crocodiles. À chaque année, il y a une fête donné en leur honneur. De plus, un jour lorsqu’un crocodile étranger s’est aventurer dans le coin et que des enfants se baignaient dans l’eau (histoire vrai) les crocodiles de la marre se sont mis à crier et à faire un boucan d’enfer. Les enfants sont sortis de la marre en courant. Tous se demandaient ce qui se passait. Puis, ils ont vu le crocodile étranger, donc qui pouvait manger un homme… Les crocodiles sacrés ont chassé cet imposteur. Plusieurs autres histoires comme cela existent. Il y a même un jour ou un enfant s’est noyé dans la marre. Les parents le recherchaient. Ils ont fait des sacrifices (religion animiste) pour pouvoir retrouver au minimum le corps de l’enfant. Quelques instant plus tard, des crocodiles sortaient l’enfant de l’eau…ils avaient été le repêcher. Une autre histoire raconte, qu’ils ont directement sauvé l’enfant qui se noyait. D’autres histoires abordent dans le sens où il ne faut pas tuer les crocodiles. Des jeunes gens auraient torturés un bébé crocodiles…un peu comme nous et nos grenouilles. Le jour suivant, à l’endroit même où le bébé a été massacré, il y a eu un accident de voiture mortel. Une autre histoire raconte que 7 hommes ont tués des crocodiles….les 7 hommes sont mort peu de temps après de causes naturelles. Ça fait froid dans le dos n’est-ce pas. De plus, ces crocodiles pondent leurs œufs dans les villages. Ils le font dans les poubelles qui en fait est du compost. La chaleur de décomposition garde les œufs et comme c’est près des maisons, les animaux sauvages n’y vont pas. Lorsqu’un crocodile pond dans ta poubelle, tu ne le sais que lorsque les œufs éclosent. Tu vois à ce moment les coquilles qui jonchent le sol. Cela annonce aussi chance à ta famille. Lorsque les premiers éclats de coquilles apparaissent, cela signifie que la saison des pluies est là. Un peu comme notre marmotte. Les villageois peuvent donc semer sans avoir peur de perdre les récoltes.

Burkina Faso, arrivée et choc culturel

January 12, 2012 | Léa, CRM, Association Solidarité et Entraide mutuelle au Sahel, WUSC, Burkina Faso

 Bien le bonjour à tous! 

Je me nomme Léa et je suis en troisième année à l’université d’Ottawa en Criminologie. Mon stage se déroule au Burkina Faso, dans la capitale : Ouagadougou.  J’ai bien hâte d’y être.  Selon ma description de tâche, je devrais être affilié avec un stagiaire national et travailler à l’élaboration d’un site web et d’un journal à propos de la problématique que représente le SIDA. L’objet de mon stage touche plus difficilement ma majeure (criminologie), mais, selon moi, touche complètement ma mineur qui est la sociologie. Le SIDA est ici un phénomène à part entière de la vie des gens ici. C’est une problématique qui est présente et qui tente à s’améliorer, mais qui malgré tout fait partie du quotidien des Africains et ce dans la grande majorité des cas. Si le SIDA n’est pas traité, c’est l’espérance de vie qui diminue et qui par le même fait change la vision qu’on peut avoir du monde! Si au lieu d’avoir 100 ans, tu n’en as que 50 à vivre, tes priorités seront différentes et la manière d’occupé ton temps aussi! Puis si on est préoccupé par la problématique c’est notre façon de vivre qui diffère. Elle diffère au niveau du contact avec les autres et des rapports qu’on entretient.    

 

Lorsqu’on se prépare à faire un stage dans un nouveau pays comme ça, on s’attend à tous un choc culturel. Tant au niveau alimentaire, qu’au niveau des us et coutumes. Par contre, on a beau s’y préparer de toutes les façons, on reste toujours un peu surpris et émerveillé devant tout cela! Je parle en connaissance de cause, parce qu’en ce moment je ressemble à une enfant le jour de noël! Comme par exemple, lors de mon transit, la compagnie aérienne fournit hôtel et transport pour s’y rendre! Et bien, sur le chemin de l’aller, j’ai vu des moutons et des vaches brouter de l’herbe dans le terre-plein. Le tout m’a surpris! Parce qu’on sait bien qu’au Canada les vaches et moutons sont dans l’enclos bien à l’abri! Pas à deux pas de l’autoroute. Un autre des changements culturels auquel on ne s’attend pas c’est celui de la conduite en tant que tel et de comment ça se passe. J’ai eu la ‘’chance’’, de voir un accrochage. On sait qu’au Canada les conducteurs se crient des bêtises sur bêtises.  Mes deux chauffeurs moi, soit qu’ils sont d’un calme inconditionnel, soit qu’ici les gens prennent tout avec une certaine légèreté! C’est plein de petits détails auxquels on n’avait pas pensé et qui nous rappel constamment qu’on est dans un nouvel endroit.  Mais c’est grâce à tous ces petits détails, que je crois, selon moi, nous permet de profiter de notre voyage! Ils nous permettent de nous émerveillé constamment, que ce soit l’amicalité des gens à laquelle on n’est pas habitué, que ce soit la conduite, la nourriture, les prises électriques! Bref, tout ce qui diffère de ce à quoi on est habitué!  Mais ce n’est pas moi qui vais s’en plaindre!

Apprendre une nouvelle culture, est un but que je me donne. Je souhaite l’adopter et tenter de la comprendre, pas avec mes yeux, mais avec les leurs. Sur ce, je pars à la découverte de ces nouvelles cultures!

Saint-Valentin à Léo

February 24, 2010 | Anne Marie, stagiaire, Burkina Faso, Réseau des Jeunes de la Sissili et du Ziro (RJSZ)

Pour la troisième fois consécutive, mon organisme hôte, le réseau des jeunes de la Sissili et du Ziro a organisé la célébration de la Saint-Valentin dans la ville.  La Saint-Valentin est une des activités génératrices de revenus pour notre organisme.

 

 

C’est une ancienne stagiaire en gestion théâtrale, Marie Claude qui a introduit la fameuse d’idée de célébrer le 14 février au réseau en 2007.   Et depuis chaque 14 février est célébré à travers la commune urbaine de Léo.

 

 

Dès le début de la semaine du 8 février, les bénévoles de notre association étaient chargés de distribuer les tracts de l’événement dans tout Léo et de prospecter pour une salle à louer durant la soirée dansante du 14 février. Les bénévoles avaient sollicité mon appui pour l’élaboration de l’affiche de l’événement.

 

 

Jusqu’au 12 février, l’association n’avait pas réussi à conclure un accord à l’amiable avec le bar branché de Léo.  Le prix proposé par le gérant était considéré comme exorbitant par le coordinateur de l’association, Azizou YAGO. Et durant le même jour, l’association a reçu un colis de l’organisme Projet de marketing social des condoms (PROMACO), en provenance d’Ouagadougou. PROMACO est un projet qui développe des campagnes de communication pour le changement de comportement dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA au Burkina Faso. PROMACO avait été sollicité pour parrainer ledit événement à travers de Madame Koné ALLIMATA,  une de mes collègues locales.  Ce colis était la preuve que PROMACO avait répondu positivement à notre requête de parrainage pour notre événement.  PROMACO nous a envoyé un lot de condoms masculins (un paquet de Prudence contenant quatre condoms) et féminins (un par paquet) et des calendriers à l’effigie de PROMACO.  Finalement, le samedi 13 février, les jeunes bénévoles avaient réussi à décrocher une autre place, le bar Les Délices du Palais.  

 

 

Au programme du 14 février, mon organisme hôte avait organisé deux matchs inter lycées.  Vers 15h, deux équipes féminines se sont affrontées : 2-1 en faveur de Grégoire Médel contre Saint-Jacques.  Vers 17h, deux équipes masculines se sont affrontées : 2-2.   Alors, l’école municipale et l’école provinciale se sont rendues jusqu’aux tirs au but.  Finalement, c’est l’école municipale qui l’a remportée.

Sur la place, des enveloppes surprises se vendaient comme des petits pains chauds, pour la modique somme de 100CFA. Soixante-quatorze ont été achetées par le public et contenaient divers lots tels que : condoms,  tee-shirts et chapeaux à l’effigie du Canada (ce sont ceux que j’avais apportés pour notre association), calendrier PROMAC, messages de prévention contre HIV/SIDA, etc.  Notre association a remis aux équipes gagnantes un ballon de football chacune.  Quant aux équipes vaincues, les joueurs ont été consolés par la distribution gratuite de contraceptifs.

MON PREMIER MOIS DE STAGE AU BURKINA FASO.

July 10, 2009 | Jocelyne,maîtrise en mondialisation et développement internationale, stagiaire, le Réseau des associations de lutte contre les IST/SIDA du centre ouest

Après plusieurs années d’absence de mon pays d’origine, le Burkina Faso, je suis de retour pour un stage de trois mois. Je suis arrivée à l’aéroport de Ouagadougou le 04 mai 2009. Les deux premiers jours ont étéutilisés pour des séances d’information sur les organisations avec lesquelles je vais collaborer.

Je suis affectée au niveau du RALIS (Réseau des Associations de Lutte contre les IST (infections sexuellement transmissibles et le Sida). La région d’affectation est celle du centre Ouest, c‘est- à- dire Koudougou soit la troisième ville du pays. Mes premiers jours à Koudougou se sont passés à l’hôtel, le temps de me trouver un logement. Grâce à la détermination de mes collègues, cela s’est fait dès le deuxième jour. Cependant j’ai attendu près d’une semaine avant de pouvoir intégrer la maison effectivement.

Mes premiers jours ont été éprouvants à cause de la chaleur. Dès la descente de l’avion, la chaleur nous accueillait. Il y a bien longtemps que j’avais expérimenté 40 degré à l’ombre!! À présent, je ne remarque plus vraiment ces conditions climatiques puisque je me suis réhabituée. En plus nous entrons dans la saison pluvieuse, il fait donc moins chaud.

Pour mon stage à proprement parlé, le but est de participer au renforcement des capacités des structures membres du RALIS en matière de sensibilisation sur le VIH/SIDA. Il a fallu par contre du temps avant que les activités ne commencent effectivement. J’ai profité de mon temps libre pour connaître un peu plus l’organisation, discuter avec le personnel et rencontrer d’autres structures membres du RALIS tel que ACTI+.

Depuis quelques semaines les activités ont effectivement commencé. J’ai participé à des formations et j’ai fait l’expérience du terrain en participant à des causeries éducatives. Cela consiste à discuter le moins formellement possible (afin de mettre les gens à l’aise) sur le VIH/SIDA. J’ai aussi participé à des projections de films de sensibilisation. Toutes ces activités m’ont permises de noter l’importance de la question du genre en matière de lutte contre le SIDA au Burkina Faso. Je continue donc à rassembler les informations afin d’apporter mon appui.

Koudougou est, comme mentionné, la troisième ville du Burkina avec un peu plus de 73000 habitants. La vie y est paisible et les gens sont très ouverts et sympathiques. Ce qui m’intrigue beaucoup c’est la joie de vivre des burkinabés malgré la pauvreté.

Je suscite par contre la curiosité des gens. En effet, tout en étant burkinabée d’origine, j’ai une attitude un peu différente des locaux. Cela est généralement très bien accepté; ils m’appellent tout simplement la «noire blanche». Mes collègues de travail sont très disponibles et m’aident le mieux possible à satisfaire mes besoins que ce soit dans le cadre de mon stage ou mes besoins usuels. En bref, j’apprécie mon expérience au Burkina Faso et compte bien profiter du reste de mon séjour.

 

 

 

Bonjour du Burkina Faso

February 17, 2009 | Madeleine Roy

Salut tout le monde,

Je suis bien arrivé au Burkina Faso, les gens sont franchement gentils.

Malgré qu’il fasse trop chaud ici, c’est toujours agréable d’être sous le soleil. Lors de mes séjours à Ouagadougou, j’ai eu la chance de participer à la rencontre de restitution des résultats du suivi-évaluation du programme de coopération UNITERRA Burkina Faso. L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les résultats du suivi-évaluation de l’état d’avancement du renforcement des capacités ainsi que des compétences.

Cette rencontre m’a permis de comprendre ce que l’UNITERRA a déjà réalisé durant les cinq dernières années et ce qu’il manque. De plus, j’ai rencontré tous les coopérants du Burkina Faso ainsi que tous les partenaires venant dans tous les régions. Maintenant, je suis très bien installé dans la ville de Léo et j’ai commencé mon mandat. Le travail se passe très bien et je travaille avec des jeunes dynamiques.

à bientôt
Sandra

Quelques heures avant mon départ pour le Burkina Faso

January 25, 2009 | Sandra, stagiaire, ProtegQV

Salut tout le monde,

Mon nom est Sandra Niyomwungere et je suis une étudiante en 4e année à l’Université d’Ottawa en Science sociale spécialisé approfondi en Administration publique. Partir au Burkina Faso, dans le cadre d’un stage international, est une opportunité que je suis ravi d’expérimenter. Dans le but d’appliquer les connaissances et les théories apprises, je participerai dans un stage de trois mois au Burkina Faso. Je vais vivre dans la ville de Léo, au Sud du pays, près de la frontière du Ghana. Mon mandat comme conseillère en gestion d’un projet écotourisme visera à appuyer le Réseau des Jeunes de la Sissili et du Ziro (RJ/SZ) qui leur objectif est de favoriser les échanges entre jeunes et de capitaliser les acquis de la jeunesse pour qu’elle saisisse les opportunités de développement durable. Je m’impliquerai surtout dans l’élaboration des stratégies de développement et des clients potentiels pour le projet d’Écotourisme.

Malgré ma nervosité de me retrouver dans un nouveau milieu, j’ai hâté de quitter le Canada pour découvrir un autre pays où j’en suis convaincu que cette expérience m’apportera beaucoup tant aux plans professionnel que personnel.

Je vous donnerai mes nouvelles le plus souvent possible dépendamment de ma connexion internet