Archives - ‘Argentina’

An Experience for Professional and Personal Growth

July 30, 2013 | Elizabeth, Intern, Canadian Embassy, Argentina

Well it’s my last week here at the Embassy. It’s funny but I feel like I have been here much longer than three months. I’ve made strong friendships with my host family, friends and colleagues here. It makes it tough to leave. I hope to come back to visit again.

My internship has allowed me to develop my work experience, knowledge and soft skills. I’ve grown to understand how an embassy functions and what role it plays within the government. I have had the opportunity to work in two sections at the embassy: Public Affairs and Trade. This has allowed me to gain new and challenging experiences and develop my skill set.

As an intern, I have taken the development knowledge that I learned in my university courses and have implement this in the work place. It has tested my understandings of development and allowed me to gain new perspectives. I look forward to taking these perspectives into the classroom with me as I return to university. I am excited to share my experiences with my peers and understand what they have gone through in their internships and see how this has changed their understandings of development.

Education is one of the areas of development that I am passionate about in and outside of class. Through this internship, I was able to challenge my perceptions of education between the developed and the developing world. In Argentina, higher education is free. But there is a brain drain of talented Argentines who are leaving to developed countries where they can receive higher wages for their work. At the embassy, I worked on the education file in the Public Affairs section and gained new insight into the education system. I built fact based surveys on the education between Argentina, Canada and Paraguay. I accompanied the Ambassador to public affairs events within the city. I was able to work with internal and external education partners. This helped me to learn about the education system of a developing country from an on-the-ground perspective. It was a powerful way to witness the differences in education systems between Argentina, Canada and Paraguay. I feel that my knowledge in this area will serve me well in future development work.

Economic growth is also a key aspect of development. I previously worked on this file at the Canadian International Development Agency (CIDA) where I learned that economic growth and poverty reduction are positively linked. The economy of Argentina is complex. The country has a vast amount of natural resources, high debt, a current inflation rate of 25% and trade restrictions. In the trade section of the embassy, I assisted the Trade Commissioner. I researched and reported on trade activities and opportunities in the region. I attended meetings and conference calls with stakeholders in Argentina, Paraguay and Canada to discuss the trade situation. I also drafted the corporate social responsibility (CSR) section report. These tasks allowed me to solidify my understandings of how Argentina and Paraguay’s economic growth is intertwined with its social growth. I also had the occasion to see the differences between the Argentine, Canadian and Paraguayan economies and how this has impacted the countries’ development.

Language and communication is an important part of development work. Understanding how to communicate effectively in a foreign language and environment can make greater partnerships and increase cooperation between the stakeholders. As I worked in an English/French/Spanish environment, I improved my communication skills in all three languages, particularly in Spanish. This helped me to listen and communicate effectively with partners in meetings and networking events, read and research well in Spanish and produce quality reports that included information from English, French and Spanish sources. I believe that this improvement in my language skills will serve me well in future development positions.

The community of practice, the internship program’s online communication network, allowed me to reflect on my experience and the experiences of other interns in the internship program. I was able to communicate with the other interns to share our tips and experiences. In my posts, I reflected on my experience, gained and gave advice from my peers and prepared future interns coming into the region. This exercise has helped me to understand how Argentina and other nations are different from Canada and what lessons I will take back with me to Canada.

The people and the country have made a strong impression on me. My friends here have shared their culture with me and we have learned from each other. My host family has treated me like a daughter of their own. These friendships have made my time here positive and helped me to connect to the country. I know that maintaining distant friends is difficult, but I will work to keep in contact with these people.

In only three months I am amazed at the growth I have made both professionally and personally. I am grateful for this experience and would recommend anyone thinking on interning at an embassy to go for it without looking back!

Connecting with the Country Through its People

July 17, 2013 | Elizabeth, Intern, Canadian Embassy, Argentina

My internship at the Canadian Embassy in Buenos Aires is going well. At work, I am enjoying the challenging tasks assigned to me to research and report on commercial activities between Canada and Argentina, support open governance initiatives and strengthen our education ties. There is always so much going on and I’ll often come in early and stay late because I love the work. I could definitely see myself working at an embassy on a permanent basis. At home, my host family has been wonderful. They have welcomed me in with open arms as if I was their daughter. I couldn’t have asked for a better place to stay. I look forward to keeping in contact with them in the future and hopefully coming back to visit them here. They have also talked about coming to Canada to visit me. I think that would be wonderful. I have had some time to visit the country outside of my minimum twelve week stay. Combined with the holiday stretch I was able to visit the north, the northwest and the west of Argentina. I took a seventeen hour bus all the way to Misiones province and Puerto Iguazu in the north east on the border of Brazil and Paraguay and spent two days at Iguazu Falls, one of the seven wonders of the world. The Falls are humongous, or like three Niagara Falls put together. Pardon the pun, but these falls blow Niagara right out of the water! While I was there, the Falls were twenty percent higher than normal, making the speed and amount of water quite a staggering sight. There is an intricate set of upper and lower trails and bridges directly over the Falls. I walked the trails while the Falls came crashing down around and below me. I felt like Indiana Jones would pop out and join me at any moment. I flew to the northwest into the province of Salta. The two hour flight was comfortable especially since the other option would have been to take a twenty-seven hour bus ride. The city of Salta is beautiful. It lies in a valley surrounded by the gigantic Andes mountain range. The architecture in the city is lovely. It is one of the few places in the whole country where the colonial architecture has been preserved. The designs are intricate and the churches are even multicoloured. It really is beautiful. I walked the streets with colonial architecture, visited the blue, red and pink churches, strolled through the park with a man-made lake. I even managed to find leather Argentine boots (a welcomed purchase since my runners were still soaked from Iguazu). I also felt quite safe there since there were police men sitting on stands like lifeguards in the middle of the pedestrian streets. The only downside was the lack of stop signs at the intersections, making crossing the street a confusing process. The province of Salta is even said to have the best empanadas in all of Argentina. They may be right. The homemade empanadas at my hostel were out of this world! Around Salta, I visited the Andres to Campo Quijario, Santa Rosa de Tastil, San Antonio de los Cobres, the Salt Flats, Purmamarca, Volcan (volcano) the province of Jujuy and back to Salta. In the Andes, the fauna and flora changed rapidly in relation to the altitude. At lower altitudes there were cacti across the mountains. The cacti were sometimes short with one arm of two and other times they were twice or even three times my size. Since cacti grew by three inches every year, the tall cacti were hundreds of years old. There were different types of llamas and donkeys in the hills. There small towns scattered within the mountains that grew from camps of workers who built the railway back in 1855. Nowadays though only 8% of the railways are used. I’m sure that the lack of rail transport available makes it difficult for these small towns to survive. I also saw changes in the colours of the mountains. It was amazing. Some mountains were blue, others green, purple, pink, red, or even multicoloured. The highest altitude that we drove to was 4,170 metres or 13,681 feet. Then I tried llama for lunch. Quite the change after seeing them in the fields, but it’s the common meat for the area. It tasted like a mix between chicken and pork. I thought that it was actually pretty good. At the Salt Flats I was blown away. It’s a sea of salt stretching far and wide with the Andes around us. It’s enormous. The ground is hard and as cold as ice with thousands of small cracks running along it. Further on, there are sites where workers excavate sections of the Flats and collect the salt. It was an incredible sight. Then I visited Purmamarca, which is a town that sits beside “The Hill of Seven Colours”. The hill looks as if it has been painted. The town was quaint and lovely with women dressed in traditional clothing. The women there were dressed in traditional dress. They were beautiful. I did not take photos of them as the people of Purmamarca believe that the shot of a camera takes away a bit of their soul. I took many memory shots though because it was a magical place. I also went further south to Cafayate, home to the Argentine white wine, and later to Mendoza, home to red wines like Malbec and Cabernet Sauvignon. It was amazing! Yanina, who I toured with, was an extremely kind and interesting Argentine. We shared our cultures and had many lengthy discussions about everything under the sun: political, the economy, history, health, etc. I hope that we will be able to see each other again someday either in Argentina, Canada or someplace far away. This internship experience has really been a wonderful thanks to the people I’ve met along the way. The Argentines are thoughtful, passionate, caring and hilarious. Just last Saturday I went for dinner with a ninety-two year old ballerina who was a dancer for the nation’s Teatro Colon (a world renowned theatre). We had a lovely time! It’s these relationships that have made me feel connected to the country itself. It’s made all the difference.

This Must Be The Honeymoon Stage!

June 7, 2013 | Elizabeth, Intern, Canadian Embassy, Argentina

Hi guys!

I’ll be in Argentina for the next three months completing an internship at the <a hrefCanadian Embassy in Buenos Aires hree weeks ago. I didn’t know anyone here beforehand, but thanks to many friends back in Canada who contacted their friends in Buenos Aires I’ve been able to connect with a great group of people here.  Since my Grandad was originally born in the city, I even have two cousins here. The cousins have had me over for regular dinners and they’re both wonderful! It’s funny how small the world is.

My three weeks here have been a whirlwind. I went from living with a bunch of international students to moving in with an Argentinian couple right in the centre of the city. The couple, Tomás and Laura, are wonderful. They have bent over backwards to make sure that I feel safe and comfortable here. Tomás even went as far as accompanying me to work on the first day to make sure that I wouldn’t get lost.

Work is challenging and I’m delighted to be here. I’m interning in both the Public Affairs section and the Trade section as a Junior Analyst. I have a lot of work at all times but that’s the way I like it! I’ve already been able to take on a bunch of different projects so I’m strengthening my multitasking abilities and research skills. It’s great to work in a Spanish environment where I am able to speak and write only in Spanish. It’s definitely improving my communication skills each day. I have attended many events at and outside of the Embassy where I’m able to expand my knowledge of how an Embassy operates and understand the intricacies of the Canadian and Argentinian government. It’s a fascinating place!

Tomás and Laura

The city is beautiful. The architecture is a mix between beautiful Parisian-style buildings and modern apartments. Some new buildings are even built around the old ones so that they combine the two styles. It’s really something else.

Architecture in Buenos Aires - A mix between traditional and modern

The people here are great too. Everyone is very passionate and talks with their hands like Italians. I guess it’s because a lot of their ancestors emigrated from Italy. The other night at dinner Tomás was showing me the different hand signals that you can use as a sign language to express yourself here. Two taps on the nose means “I’m serious!” and two shakes of your fingertips means “How much is this?” … I’ve learned to be careful to not get hit by a flailing hand while walking down the street.

Politics is big here. Everyone is either for or against the government. There doesn’t seem to be an in-between. There doesn’t seem to be one strong opposition party either. The current President Cristina Kirchner was voted in with 54%, but her popularity has since been on shaky grounds. There’s a federal election scheduled for October of this year. It’ll be interesting to see what happens.

As for the food, it is divine. Steak is extremely popular and you can order a beautifully grilled steak for the equivalent of $5 CAD. Malbec in the grocery stores is around $2 CAD per bottle. Thick caramel sauce on pastries called dulce de leche is wickedly good. Pizza tastes just like that of Italy - cheesy, thin and a flavour that kicks you in the mouth. I swear! It’s amazing. You can even order homemade ice cream to be delivered in ten minutes to your door.

Ribs in Tigre

Thankfully, exercise as well as good food is popular. I’ve joined my Spanish teacher’s running group which is a great way to meet more people. On Saturday we went for a run for an hour and a half! My legs are still sore since I’ve never run that long in my life. There are tons of huge parks in the city with lakes and statues inside and flocks of green parrots though, so running is a lot of fun.

I’ve walked around the city with my good friend Daniel. Juanse, one of my best friends in Canada put us in touch, and Daniel has been a great guy to show me the city. We also visited the nearby town Tigre which sits on the Paraná Delta. We took a boat ride down the canals and visited the junctions of four different rivers. There’s also a huge market with lots of beautiful leather bags and wallets for $5 to $10 CAD.

Tigre Canals, Buenos Aires Province
Daniel on the Riverboat
The Tigre “Fruit” Market
I also went on a three-day trip to the Argentinean province of Córdoba to visit an uncle of mine at his home in the small town of Los Cocos. Mauricio is a naturalist and I spent the weekend relaxing with him and learning about Argentina from his point of view - it’s politics, economics, society and environment of course. I also visited the city of Córdoba, which is full of cobblestone streets, flowers and churches. It was wonderful!

Uncle Mauricio at his home in Los Cocos, Córdoba Province
Córdoba City, Córdoba Province

On May 25 I went to the Plaza de Mayo for the huge event. Tomás came with me and said that in his entire life in Argentina he had never seen so many people downtown. It was so busy that we literally could not enter into the main square (Plaza de Mayo). The population of Buenos Aires in 3 million, and the greater Buenos Aires Area is close to 13 million. I’m not sure how many people were at the Plaza de Mayo that day, but it sure felt like it could have been 10 million. It was insane. Flags, music, food, dancing, confetti, fireworks, trapeze artists, concerts, you name it, it was there. It was quite the experience.

Anyways, that’s all from me for now. I hope you’re keeping well. Looking forward to seeing you all soon!

La fin d’une expérience inoubliable

December 21, 2009 | Claudia Beaudoin, maîtrise en mondialisation et développement internationale, stagiaire, Instituto de Investigación y Formación en Administración Pública

Il me reste maintenant plus que quelques jours à vivre en sol argentin, plus que quelques jours pour faire mes adieux. Je trouve toujours très difficile de quitter un endroit où j’ai vécu pendant quelque temps et plus précisément de quitter les personnes que j’ai rencontrées. Cependant, je ne pourrais cesser de vivre à l’étranger pour cette raison, parce que la découverte de l’autre me procure des émotions très fortes, des sentiments indéfinissables!

 

Cette expérience de travail et de vie en Argentine a été exceptionnelle. J’ai appris énormément que ce soit au niveau scolaire, professionnel et personnel. Au cours de mon stage à l’IIFAP, j’ai travaillé sur différents projets qui m’ont permis d’approfondir mes connaissances sur l’économie sociale et de développer mes compétences en recherche et analyse. Ma participation à la consolidation de la table provinciale de l’économie sociale a été un projet qui a suscité mon intérêt et mon désir d’implication du début à la fin. Une expérience extraordinaire qui m’a permis de voir comment un mouvement se construit à partir même de la société civile. Je crois que la société civile peut être porteuse de grandes transformations par sa force et les valeurs qu’elle véhicule, comme entre autres, la solidarité.

 

De plus, j’ai vécu pour la toute première fois seule dans un pays où la langue parlée n’est pas la mienne. Une différence qui m’a fait vivre diverses émotions : curiosité, incompréhension, frustration, déception, joie, etc. Cet univers totalement espagnol m’a obligé à perfectionner rapidement mes habiletés linguistiques. Par ailleurs, mon contact direct avec la culture argentine m’a plongé dans un état de découvertes intenses, que j’ai tout simplement adoré!

 

Je reviens ainsi au Canada grandie d’une expérience nouvelle, d’une expérience inoubliable!

 

Claudia Beaudoin

Un pan de ma vie en Argentine : mes découvertes personnelles

December 18, 2009 | Claudia Beaudoin, maîtrise en mondialisation et développement internationale, stagiaire, Instituto de Investigación y Formación en Administración Pública

Je suis arrivée en sol argentin avec l’objectif de partager un appartement avec des argentins afin de m’imprégner au maximum de leur culture. Armée de quelques rendez-vous (*pour les futur(e)s stagiaires je vous conseille de créer un profil sur le site suivant : http://www.compartodepto.com/), j’ai visité dès mon arrivée à Córdoba différents appartements jusqu’au moment où je suis tombée sur celui de mes rêves! Je partage ainsi l’appartement et la vie de trois Argentins depuis pratiquement trois mois.

 

En m’ouvrant la porte de leur appartement, ces derniers m’ont permis d’apprécier la vie argentine. À leurs côtés, j’ai appris énormément sur la culture de ce nouveau pays, que ce soit sur le rythme de vie, les coutumes, l’artisanat, la danse, la cuisine ou l’art de prendre un maté! Ils m’ont également permis de connaître davantage l’histoire politique, économique et sociale de ce pays. Toutes les discussions et les points de vue que nous avons échangés ont été pour moi des plus enrichissants!

 

Durant les premières semaines suivant mon arrivée, j’ai dû m’adapter au rythme de vie argentin; un rythme plus tranquille que celui avec lequel j’étais habituée au Canada. Cette différence s’est non seulement manifestée en vivant avec des argentins, mais également au sein de mon travail à l’IIFAP. D’un autre côté, les Argentins sont très actifs au niveau politique; ils sortent très souvent dans les rues pour manifester, revendiquer des changements économiques ou sociaux. Aujourd’hui, je ne suis plus surprise d’entendre les bruits, pratiquement quotidiens, de leurs manifestations.

 

Córdoba est une ville très vivante, de jour comme de nuit! Les premiers jours, j’ai été étonnée de voir tant de gens dans les rues, dans les cafés, et ce, du plus jeune ou plus vieux. Les Argentins aiment se rassembler avec leurs proche et amis à différents moments de la journée. Le soir, la ville reste éveillée au rythme de la musique des boliches, des milongas et des peñas. À chaque lieu correspond un style de danse bien particulier. J’ai ainsi découvert avec émerveillement et émotion le tango et le folklore; des danses traditionnelles argentines. Je comprends mieux maintenant ce que la danse peut représenter pour certaines personnes et certaines cultures. Elle peut être au coeur même d’une identité!

 

J’ai également découvert avec plaisir le maté, la boisson nationale de l’Argentine. Prendre le maté relève de toute un art. Il y a certaines régles bien précises à respecter (que je vous laisse découvrir par vous-mêmes futur(e)s stagiaires!). Le maté est présent dans toutes les sphères de la vie argentine. Il se boit à la maison comme au travail, seul ou en groupe. Au niveau culinaire,  j’ai bien sûr découvert le bœuf argentin! Très difficile de passer à côté puisque la viande fait partie de l’alimentation quotidienne de la grande majorité des Argentins.

 

Dans ce blogue, je voulais ainsi vous faire découvrir un peu cet univers qui fût le mien pendant trois mois. Je crois que vivre un stage à l’étranger n’est pas seulement vivre une expérience de travail, mais bien davantage! C’est de vivre quotidiennement dans la découverte d’une autre culture, d’un autre monde!

 

Claudia Beaudoin

Le droit à l’économie sociale

November 24, 2009 | Claudia Beaudoin, maîtrise en mondialisation et développement internationale, stagiaire, Instituto de Investigación y Formación en Administración Pública

Je me présente, Claudia Beaudoin, étudiante en 4e année en développement international et mondialisation à l’Université d’Ottawa. Depuis maintenant deux mois, je vis en Argentine dans la ville de Córdoba, où j’effectue un stage de trois mois avec un institut de recherche (Instituto de Investigación y Formación en Administración Pública – IIFAP) en tant qu’assistante de recherche. J’appuie le travail d’un groupe de chercheurs qui étudie la thématique de l’économie sociale; un sujet très intéressant et particulièrement pertinent dans le contexte argentin, où les initiatives coopérativistes et solidaires sont très nombreuses et diversiées. L’économie sociale représente une alternative au système capitaliste; une alternative respectueuse des droits humains qui permet non seulement de combler un besoin de première nécessité par le travail, mais qui vise également à améliorer les conditions de vie de plusieurs personnes et de la population en général. 

 

Lors de ma première semaine de stage, j’ai identifié avec mon superviseur quelques objectifs de stage. Ces derniers ont été modifiés par la suite afin de mieux correspondre aux besoins exprimés par mon milieu de travail. Une de mes tâches consiste à participer à l’organisation et à la consolidation de la Mesa Provincial por el Derecho y el Reconocimiento a una Economía Social qui rassemble différentes organisations d’économie sociale et solidaire de la région de Córdoba. Une initiative issue de la société civile. Cette table de travail regroupe des coopératives de travail, des entreprises récupérées, des associations ou organisations civiles et sociales qui travaillent ensemble à favoriser l’épanouissement du coopérativisme et à la reconnaisance de l’économie sociale comme droit fondamental au niveau des politiques étatiques.

 

L’organisation du Primer Foro Provincial de la Economía Social de la région de Córdoba, qui a eu lieu le 14 novembre 2009, a été un évènement très important pour la consolidation de cette table. En créant un premier espace de rencontre entre les différentes organisations d’économie sociale et solidaire de la province, ce forum a permis d’ouvrir un premier dialogue sur le fonctionnement organisationnel de cette table provinciale de travail. En effet, comment organiser cette table de travail pour que toutes les régions de Córdoba soient représentées au sein de celle-ci? Un sujet qui a soulevé de nombreuses propositions et questionnements, mais dont la réflexion se poursuivra lors de la prochaine rencontre prévue en mars 2010.   

 

Ce premier forum a également abordé deux grandes thématiques, soit l’économie sociale et les droits humains, ainsi que l’économie sociale et les politiques publiques. Des thèmes qui ont suscité de nombreux échanges entre les différentes organisations d’économie sociale présentes. La diversité des milieux et des expériences de chaque organisation ou groupement ont rendu cette rencontre des plus enrichissantes. Quelques étudiants de la Faculté des sciences économiques de l’Universidad Nacional de Córdoba étaient également présents à l’activité. Les points de vue exprimés par ces derniers se sont révélés très différents de ceux émis par les différentes coopératives ou organisations. En effet, l’académique et la pratique se sont entrecroisés au cours de ce forum. Un apport qui a accru la qualité des échanges en donnant une vision tant locale, nationale et même internationale de ce qu’est l’économie sociale et des besoins exprimés par ses différents acteurs.

 

C’est avec curiosité et un désir grandissant très grand d’en apprendre davantage sur l’économie sociale et sur le vécu des différentes organisations que j’ai participé à l’organisation de cet évènement. Une implication active qui m’a permis de mieux comprendre les besoins et les attentes des organisations d’économie sociale envers les différentes instances politiques (municipal, régional et national) et à l’égard des rôles joués par la table provinciale de travail. Cette expérience m’a également permis de consolider mes connaissances relatives à cette thématique, de développer un réseau de contacts et de renforcer mes capacités organisationnelles. C’est avec grand plaisir que je poursuis mon implication au niveau de la consolidation de la table provinciale de travail de Córdoba; un mouvement issu de la société civile qui vise à faire reconnaître le droit à l’économie sociale au niveau étatique et ainsi conduire à des transformations sociétales importantes.

De retour au Canada

August 6, 2009 | Alexandra, stagiaire, Instituto de Investigacion y Formacion en Administracion Pubilica

Bonjour,

Cette fois-ci du Canada. C’est ma première journée, après mon retour et je veux vous raconter un peu comment je me sens.

Je pense que la période d’adaptation du retour est plus difficile que celle du départ, notamment parce que je crois que personne ne pense qu’elle aurait besoin de s’adapter à son propre pays. C’est les petits trucs qu’on a appris à faire différemment dans nos pays d’accueil qui deviennent plus évidents et ainsi on peut voire qu’on a vraiment changé.

Je ne pensais pas que l’Argentine était tellement différente du Canada. Il y bien sûr des différences. En particulier, l’Argentine est un pays en développement. Et aussi, on peut parler de la température; ce qui est assez drôle car là-bas ils appellent hiver, ce qu’ici a été l’été. Mais, pour ce qui est de la culture, l’Argentine se considère un pays avec des racines européennes, à cause de la forte immigration du vieux continent, surtout en provenance de l’Italie. Et, le Canada aussi, se voit comme un pays culturellement plus proche de l’Europe que des États-Unis. En même temps, il ne faut pas oublier que l’Argentine est un pays de l’Amérique du Sud et, pour cette raison, il a aussi des traits latins. Et malgré tout ça, j’ai trouvé qu’à mon arrivée là-bas et une fois que je me suis habitué avec le chaos de Cordoba, c’était vraiment facile de connaître les gens, d’entamer de conversations et de s’établir une routine quotidienne, en tout de mener sa vie.

À mon retour, c’était différent. Surtout parce que j’avais tendance à employer le « bec argentin » et, souvent, de me retrouver trop proche de l’autre personne. Aussi, parce que le chaos canadien est différent du chaos argentin. Les gens se fâchent pour des choses différentes, la ponctualité étant surtout un exemple saillant. Deux fois dans l’aéroport de Toronto j’ai été témoigne des disputes à cause de délais d’avions. Un tel problème n’existe presque pas en Argentine. Je pense qu’un autre facteur qu’influence la réadaptation est le fait qu’on est chez nous, donc les gens nous traitent comme si on était d’ici. Une personne dans un pays étranger a droit à un peu de compréhension.

Mais il faut dire, que malgré toute difficulté, le fait de revenir au Canada m’a ouvert les yeux et m’a permis de redécouvrir le pays et sa culture. Des habitudes qui auparavant étaient normales, les choses que je faisais sans penser, j’ai dû réapprendre et ainsi, les réévaluer et dans certains cas, même les apprécier plus.

Un dernier au revoir,

Alexandra

Coopérativisme en Argentine

July 29, 2009 | Alexandra, stagiaire, Instituto de Investigacion y Formacion en Administracion Pubilica

Le focus de mon stage en Argentine a été l’économie sociale, en particulier le coopérativisme, qui a pris beaucoup d’importance après la crise économique de 2001. Voici une réflexion sur le coopérativisme dans ce pays.

Le coopérativisme en Argentine répond à un besoin, notamment, le besoin d’avoir un emploi, mais au-delà de cette fonction utilitaire, le coopérativisme est une forme d’économie alternative. Dans cette dimension, le coopérativisme permet l’émancipation, ou, dans d’autres mots, l’amélioration et la prise de contrôle de la vie de chacun. Les acteurs de l’économie sociale sont en charge de leur vie parce qu’ils sont conscients de leur capacité de changer le cours de leur vie en posant des actes volontaires et délibérés. Même si le coopérativisme en Argentine répond à un besoin, il est une forme d’économie alternative et contestataire parce que c’est une solution envisagée et implémentée par les acteurs mêmes, et non pas par une entité extérieure, comme l’État. Cet état des affaires, démontre un nouveau sujet, de la modernité réflexive, qui est conscient de sa position sociale, de ses habilités et il est prêt à implémenter ses propres solutions. Pour cette raison, dans le travail j’ai examiné l’émancipation du point de vue de l’acteur et à partir de l’expérience qu’ils ont racontée.

Les acteurs de l’économie solidaire qui ont participé à la recherche proviennent des milieux très désavantagés, et ils ont vécu une forte exclusion sociale. Pour cette raison, nous entendons par émancipation une amélioration, même très légère de leur niveau de vie, qui s’exprime à travers des indices d’inclusion ou de ré-inclusion sociale. L’émancipation est un moyen d’être maître de sa propre vie et de poser des actions délibérées pour en déterminer le cours. Au-delà d’une définition générale de l’émancipation, il faut prendre en considération que l’émancipation est une expérience individuelle et que chaque personne le vit d’une manière différente. Aussi, les conditions dans lesquelles l’émancipation a lieu diffèrent selon les cas, et tout ça affecte le niveau et le type d’émancipation.

 

Argentine, un pays vivant

July 10, 2009 | Alexandra, stagiaire, Instituto de Investigacion y Formacion en Administracion Pubilica

¡Hola!

Mon stage en Argentine a été une expérience profondément enrichissante de plusieurs points de vue, une incroyable expérience d’apprentissage. Sur le coup le pays ne semble pas trop différent du Canada, c’est-à-dire qu’il paraît facile de s’adapter à sa culture, mais en fait il y a beaucoup de choses qui le distinguent. Avec son air plutôt européen, l’Argentine est un pays plein de vie. À Córdoba, les rues sont étroites pleines de gens qui semblent déterminés à accomplir quelque chose. Des Panaderias (boulangeries) sur tous les coins de rue remplissent l’air d’un arôme de croissant frais.

L’Argentine est le pays du soleil, de la viande, du vin… Mais ce qui décrit le plus ce pays est sa volonté de survivre. Malgré toutes les crises qu’a vécues ce pays, et face à un certain désengagement de l’État, le pays continue à faire son propre chemin. Et la population, elle aussi, a une immense volonté de se débrouiller seule, d’être maître de son destin. Ceci se manifeste, notamment, à travers la forte présence de la société civile et de l’économie sociale. Les coopératives de travail sont représentatives de cette tendance, elles démontrent que les Argentins sont prêts à prendre en charge leur vie, dans ce cas, en se créant des opportunités de travail où il n’y en a pas. Beaucoup de ces coopératives ont été fondées par des gens qui n’avaient point une autre option et elles sont parties de rien, mais, dans plusieurs cas, elles ont contribué à l’amélioration de la vie des associés. Voir ces histoires de succès a change ma perspective de vie, y compris ma vision de ce qui est possible.

La vie au rythme argentin !

July 10, 2009 | Valérie, stagiaire, Instituto de Investigacion y Formacion en Administracion Pubilica

Hola! ¿ Como andas? Espero que todo bien…

De mon côté, tout va pour le mieux. Le moral est excellent et j’entame avec dynamisme et enthousiasme cette dernière étape de mon expérience argentine.

Dans le cadre de ce “post”, j’ai décidé de vous présenter, brièvement, quelques petits aspects de l’Argentine.

Tout d’abord, le rythme de vie argentin a exigé certains ajustements pour la Québécoise-Canadienne que je suis! Pour vous dresser un portrait rapide, nous soupons vers 22h00-23h00, nous déjeunons vers 10h00 (pour celui qui a faim quand il se lève!), nous dînons aux alentours de 14h00. Il y a également la « merienda » (collation d’après-midi) vers 17h-18h. La « merienda » est généralement constituée du « mate », un breuvage typiquement argentin qui s’apparente à du thé. En fait, ce sont des herbes qui sont cultivées en Argentine. Nous faisons bouillir de l’eau et infusons ces herbes. Le « mate » se boit dans un genre de vase (soit en métal ou en bois) qui se nomme « mate ». Le liquide se boit avec un type de « paille » en métal qui s’appelle « bombilla ». Le « mate » est une activité sociale. Tu bois rarement le maté seul. Celui qui prépare le mate doit généralement l’offrir à tout le monde (ne jamais commencer par la gauche. Cela serait une insulte !). Tout le monde boit avec la même « bombilla ». La consommation du mate est une activité entre amis propice aux discussions, aux partages et divers moments de confidence !

Ici, le mate est souvent accompagné de « petites gâteries ». Il faut savoir que les Argentins ont la dent très sucrée ! De petits biscuits avec de la crème, du dulce de leche (un genre de caramel (délicieux !), des biscuits, de criollo (petits pains) avec de la confiture aux pêches, etc. Avis à ceux qui font attention à leur ligne : s’abstenir ! Ce n’est pas bon pour « la ligne », mais plutôt pour « les courbes » !

Enfin, comme vous pouvez voir, la soirée dure plusieurs heures ici. Rares sont ceux qui vont dormir avant 1h00 ou 2h00 du matin. La vie en Argentine, c’est aussi la fête et les sorties entre amis. Le night life argentin est bien différent de ce que l’on connaît au Canada. Ici, nous sortons prendre un verre dans un bar vers minuit, pour ensuite nous diriger dans un boliche (club) vers 2h30 du matin. Nous dansons jusqu’à la fermeture, soit vers 6h00 du matin. Pour les plus endurcis d’entre nous, les soirées peuvent se poursuivre dans un after hour… jusqu’à midi !!!

Voilà pour un petit aperçu du rythme de vie argentin. Il est définitivement impossible de s’ennuyer ici. La vie quotidienne est marquée par diverses activités.  Depuis quelques semaines, l’amie d’une amie, Ana, me donne des cours de grammaire en espagnol (la bête noire dans toutes les langues) à raison de 4 soirs par semaine. Je suis très enchantée par ces cours. J’ai appris énormément en seulement 4 semaines. Mes leçons de grammaire visent surtout à réviser certaines notions. En effet, il est essentiel, à un moment ou un autre, de se rafraîchir la mémoire concernant de petits détails linguistiques qui peuvent facilement être confondus. Le meilleur de tout est que ce temps passé en compagnie de ma chère prof Ana occupe quelques heures de mes soirées.

Toujours dans l’idée d’occuper mes soirées, j’ai décidé de suivre des cours de tennis. Pour la sportive que je suis, il était important pour moi de continuer à pratiquer des sports, même à l’étranger. Trois à quatre fois par semaine, je vais courir au Parque Sarmiento, un parc magnifique très près de mon quartier. Or, depuis que l’automne a fait place à l’hiver argentin, j’ai rapidement noté la différence dans les heures d’ensoleillement. Le soleil se couchant beaucoup plus tôt, il s’est avéré que je ne pouvais plus aller courir le soir après mes heures de travail pour l’institution (cela étant dangereux pour une fille). Afin de combler ce besoin d’activité physique, j’ai décidé de m’investir davantage dans le merveilleux sport qu’est le tennis, à raison de deux à trois fois par semaine. D’ailleurs, le tennis est très populaire en Argentine. Après le football (soccer), le tennis est un véritable culte !

 Je n’avais jamais vraiment pratiqué ce sport auparavant, sinon de frapper quelques balles pour le plaisir entre amis. Je suis tombée en amour avec le tennis. Je crois même continuer de jouer au Canada dès mon retour. Décidément, mon expérience argentine est pleine de découvertes !

Ainsi va la vie en Argentine !

Dans un autre d’idée, je réalise qu’il me reste peu de temps à passer dans ce merveilleux pays. Ma grand-mère me demandait il y a quelques jours « J’imagine que tu dois compter les dodos avant ton retour au Canada ! ». « Non », dis-je. « Je compte les dodos qu’il me reste pour profiter de mon « trip argentin » ». Hé oui ! Moins d’un mois et je m’envolerai pour le Canada. Mais d’ici là, j’ai encore quelques projets très excitants.

Je terminerai mon stage pour l’IIFAP (Instituto de Investigacion y Formacion en Administracion Publica) le 17 juillet prochain. Le 18 juillet, je partirai à l’aventure pour un voyage de 10 jours, soit jusqu’au 28. Je prévois passer quelques jours à Mendoza, une région reconnue pour ses vignobles et son Malbec (le meilleur au monde, dit-on !). Par la suite, je traverserai la Cordillère des Andes, pour me rendre dans la capitale du Chili: Santiago de Chile. Après 2 ou 3 jours, j’entammerai un long périple en autobus de 23 heures pour me rendre à San Pedro de Atacama, dans le Nord du Chili, près de la frontière du Pérou. Je prévois y visiter des parcs naturels qui, à ce qu’on m’a dit, sont des petites merveilles de notre monde. De belles photos assurées !

Après 2 ou 3 jours à San Pedro de Atacama, je redescendrai vers le sud, soit pour me diriger à Valparaiso, une petite ville construite sur un flanc de montage, qui donne sur l’océan Pacifique. Valparaiso est reconnue pour ses maisons pittoresques et le style de vie bohème que mènent les gens qui y vivent. Cette ville sera mon dernier arrêt, avant de retourner à Cordoba, en date du 28 juillet.

Je passerai 2 jours à Cordoba, histoire de faire mes bagages… et faire la fête avec les copains d’ici. Je m’envolerai pour le Canada le 30 juillet, soit pour arriver le 31.

Voilà ! C’est ainsi que j’envisage de vivre (à fond !) mon dernier mois en terre latine.

Muchos saludos.

Valeria