Une nouvelle aventure

February 11, 2019 | Catherine, Spécialisé - Dév. international et mondialisation - Mineure - Histoire,Uniterra Sénégal, Radio Rurales Internationales (RRI), Agente de communication et de partenariat

Je réside au Sénégal depuis maintenant 1 mois et je dois dire que partir en stage à l’international est comparable à une nouvelle aventure remplie de découvertes comme une archéologue à la recherche des trésors cachés ou enfouis dans la terre avec les hauts et les bas de celle-ci. Voyager jusqu’au Sénégal est ma première expérience sur le territoire africain.

Durant mes premières semaines, j’ai fait du tourisme et j’ai visité des endroits qui en somme représentent autant l’espoir pour le futur que les traces laissées par le passé du pays et même du continent. Comme il est possible de le voir dans les photos suivantes : le monument de la renaissance africaine et l’île de Gorée. En tant que passionnée d’histoire, ces endroits m’ont marqué par leur richesse respective. Lors de mes déplacements, je prends la plupart du temps le taxi, mais pour cela il faut savoir négocier. Il faut savoir aussi dès le début le prix de base de la course qu’on peut demander à nos collègues pour ne pas payer plus que cela n’aura dû coûter. De plus, ces premières semaines ont été pour moi le moment de trouver mes repères dans mon quartier et les environs, donc j’ai décidé de promener à pied pour tout ce qui est à proximité. Par conséquent, si je me perds, je peux retrouver facilement mon chemin parce que je me suis familiarisé avec les lieux. Je dois dire que c’est important pour moi parce que j’adore marcher.

De ce fait, mon aventure sur le territoire sénégalais continue avec la gastronomie. Ici presque tout est fait à base de riz. Étant une amatrice de riz, j’ai été heureuse de l’apprendre. L’un de mes plats préférés est le mafé qui est préparé avec une sauce d’arachide, de viande et de tomates qu’on met sur le riz. Ici, les plats sont riches en nutriment pour qu’il soit possible de le garder longtemps dans l’estomac.

Ensuite, je suis partie à la recherche de mes repères dans le cadre du dialogue c’est-à-dire qu’ici la conversation est au cœur de presque tout. Les Sénégalais sont accueillants et curieux. Ils posent beaucoup de questions et ils s’intéressent beaucoup à savoir d’où nous venons, ce que nous faisons, etc. Je dois dire que cela instaure une ambiance amicale et chaleureuse dès le premier instant. Donc, cela nous amène à sortir peu à peu de notre bulle canadienne pour rentrer dans leur bulle sénégalaise. Quand on quitte notre pays pour aller vivre quelque temps dans un autre, il est important de garder en tête les mots : adaptation et patience. Le fait de sentir ici comme à la maison va certainement prendre du temps, il faut savoir laisser les choses aller puisque c’est sûr que tout va être différent : le rythme de vie et de travail. De ce fait, il faut toujours garder en tête les deux mots clés.

Durant mon aventure, j’ai exploré mon environnement et l’atmosphère sociale présente pour me sentir de plus en plus à mon aise. Pour ce faire, il faut se promener et observer. L’apprentissage et le confort s’installent de prime abord avec l’observation et la compréhension de notre milieu. Voilà ce que j’ai fait depuis que je suis arrivé sur le territoire sénégalais. Tous les hauts et les bas que j’ai rencontrés font partie de l’observation que va me permettre une meilleure compréhension de ce qui m’entoure.
Je suis partie de chez moi avec seulement deux attentes : un enrichissement personnel et professionnel, mais aussi d’offrir le plus de soutien possible à mon organisme d’accueil.

Il faut polir une pierre précieuse pour la voir briller de tous ses éclats, cette aventure au Sénégal sera pour moi la pierre précieuse que je viens de commencer à nettoyer

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.