PLANIFICATION DES 7 PROCHAINES ANNÉES.

June 13, 2013 | Monica, DVM, Alternatives, Brésil, Terrazul

Je m’appelle Monica, je suis une étudiante en développement international et administration. Ma première entrée sur le blogue traitera spécifiquement sur une série de réunions que nous avons eu dans le but d’établir un plan d’action pour les 7 prochaines années de l’ONG alternatives Terrazu ici à Brasilia.

Après trois jours intensifs de réunions 9 AM à 10 PM, je dois dire que j’ai appris un grand nombre de choses extrêmement intéressantes non seulement sur la vision, la mission et les valeurs de mon ONG et mon mandat mais aussi sur les habitudes et les manières d’être et de faire des brésiliens.

Cette planification avait pour objectif de définir le futur de l’organisation. Ainsi, nous avons divisé le plan d’action en trois phases : Soit premièrement la définition des forces, faiblesses, menaces et opportunités de l’ONG pour ensuite dans une deuxième phase distinguer la façon de renforcer les forces et faire face aux faiblesse. Finalement dans une troisième et dernière partie nous avons défini les stratégies et crée un calendrier tout en définissant les responsables de chaque projet.

Je peux dire que maintenant je comprends beaucoup plus les diverses facettes et la complexité des défis auxquels font face les ONG à travers le monde. C’est-à-dire un grand nombre de projets et d’idées mais un manque de financement et de ressources financières énorme. Ici, la majorité des membres travaillent de façon volontaire avec comme unique motivation d’effectuer un changement et d’éduquer les gens sur le développement durable et les effets des changements climatiques. Je crois qu’il est important de noter une particularité de cette ONG, qui connait des limites de financement pour différentes causes : d’un côté elle se dit ouvertement communiste- écologique, donc le gouvernement brésilien ne veut pas leurs donner de fonds. Aussi, elle a des valeurs morales extrêmement fortes et ne cherche des financements que de la part d’individus et de groupes qui partagent leurs valeurs et leur vision spécifique. Puis de l’autre côté, comme le Brésil est vu internationalement de plus en plus comme un pays riche, il souffre de pertes de financement car les investissements ont tendance à être dirigés vers l’Asie et l’Afrique.

En ce qui trait aux pratiques culturelles, ici, les gens sont beaucoup plus relax et les notions temporelles sont floues. Les brésiliens sont aussi très passionnels et les discussions deviennent très animés et bruyantes en un clin d’œil. Toutefois, après les cris et les débats on lève les yeux et ils sont en train de danser, chanter et se faire des blagues. Mon ONG fonctionne comme une grande famille, ces deniers sont énormément affectueux et considérés. Même si je ne parle pas portugais avec l’espagnol je peux comprendre la plupart des thèmes et puis leur sens de l’humour et universel.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.