Expériences à l’international

November 28, 2009 | Alexandre, mdg, stagiaire, Washington Center

Mon expérience avec le Washington Center a commencé il y a plusieurs années. J’ai découvert l’existence de ce programme en 2002, alors que je commençais mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal. Depuis, je n’ai cessé de croire que je participerais à ce programme un jour. Et me voici, en 2009, à Washington, réalisant un rêve de longue date. Inutile de dire que mes attentes étaient extrêmement élevées et que j’avais eu le temps d’imaginer des centaines de scénarios sur les allures que pourrait prendre mon stage à Washington. Ce premier blogue sera l’occasion pour moi de réfléchir aux impacts et aux implications d’un séjour à l’international dans le cadre d’un parcours universitaire.

 

Ce stage est le troisième que j’effectue depuis le début de mon parcours universitaire. Je crois que chacune de ces expériences m’a fait évoluer de plusieurs façons. Ma première expérience à l’étranger remonte au printemps 2006, alors que j’ai complété mon baccalauréat à Lyon, en France. À cette époque, je quittais le nid familial pour la première fois de ma vie et je n’avais absolument aucune idée de ce qui m’attendait et de ce que je cherchais à acquérir. J’ai simplement profité comme jamais auparavant de la liberté que me procurait cette expérience. Je considère donc que je suis ressorti de cette expérience avec d’innombrables souvenirs ainsi qu’une connaissance aiguisée quant à mes limites. Je ne regrette aucunement ce séjour mais j’ai bien fait attention que les suivants soient complètement différents.

 

Mon deuxième séjour s’est déroulé à l’hiver 2009 au Népal. Afin d’éviter les erreurs du premier séjour, je suis parti avec un but précis : évaluer mes aptitudes et mes motifs relativement à une possible carrière dans le domaine du développement international. Cette expérience a confirmé ma capacité et mon intérêt à vivre dans un pays en voie de développement. Cependant, le stage ne m’a pas permis de déterminer avec certitude si une carrière en développement international me convenait parfaitement. Les modalités du stage étaient très différentes de ce à quoi un poste dans ce domaine ressemblerait.

Voici donc dans quel état d’esprit je suis parti vers Washington : Ce stage ne devait être exempt d’objectifs mais ne devrait pas non plus être centré sur un seul objectif. Depuis mon arrivée, je tente donc continuellement de réévaluer mes objectifs afin de les recentrer, si nécessaire, sur la réalité de mon stage. Cette façon de concevoir le stage a été rendue possible par mes expériences passées. Jusqu’à maintenant, cela fonctionne à merveille et je suis persuadé que je vis présentement l’expérience la plus enrichissante de ma vie, jusqu’à maintenant.

 

Plus de détails sur le Washington Center dans le prochain blogue…

 

 

 

 

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.