MON PREMIER MOIS DE STAGE AU BURKINA FASO.

July 10, 2009 | Jocelyne,maîtrise en mondialisation et développement internationale, stagiaire, le Réseau des associations de lutte contre les IST/SIDA du centre ouest

Après plusieurs années d’absence de mon pays d’origine, le Burkina Faso, je suis de retour pour un stage de trois mois. Je suis arrivée à l’aéroport de Ouagadougou le 04 mai 2009. Les deux premiers jours ont étéutilisés pour des séances d’information sur les organisations avec lesquelles je vais collaborer.

Je suis affectée au niveau du RALIS (Réseau des Associations de Lutte contre les IST (infections sexuellement transmissibles et le Sida). La région d’affectation est celle du centre Ouest, c‘est- à- dire Koudougou soit la troisième ville du pays. Mes premiers jours à Koudougou se sont passés à l’hôtel, le temps de me trouver un logement. Grâce à la détermination de mes collègues, cela s’est fait dès le deuxième jour. Cependant j’ai attendu près d’une semaine avant de pouvoir intégrer la maison effectivement.

Mes premiers jours ont été éprouvants à cause de la chaleur. Dès la descente de l’avion, la chaleur nous accueillait. Il y a bien longtemps que j’avais expérimenté 40 degré à l’ombre!! À présent, je ne remarque plus vraiment ces conditions climatiques puisque je me suis réhabituée. En plus nous entrons dans la saison pluvieuse, il fait donc moins chaud.

Pour mon stage à proprement parlé, le but est de participer au renforcement des capacités des structures membres du RALIS en matière de sensibilisation sur le VIH/SIDA. Il a fallu par contre du temps avant que les activités ne commencent effectivement. J’ai profité de mon temps libre pour connaître un peu plus l’organisation, discuter avec le personnel et rencontrer d’autres structures membres du RALIS tel que ACTI+.

Depuis quelques semaines les activités ont effectivement commencé. J’ai participé à des formations et j’ai fait l’expérience du terrain en participant à des causeries éducatives. Cela consiste à discuter le moins formellement possible (afin de mettre les gens à l’aise) sur le VIH/SIDA. J’ai aussi participé à des projections de films de sensibilisation. Toutes ces activités m’ont permises de noter l’importance de la question du genre en matière de lutte contre le SIDA au Burkina Faso. Je continue donc à rassembler les informations afin d’apporter mon appui.

Koudougou est, comme mentionné, la troisième ville du Burkina avec un peu plus de 73000 habitants. La vie y est paisible et les gens sont très ouverts et sympathiques. Ce qui m’intrigue beaucoup c’est la joie de vivre des burkinabés malgré la pauvreté.

Je suscite par contre la curiosité des gens. En effet, tout en étant burkinabée d’origine, j’ai une attitude un peu différente des locaux. Cela est généralement très bien accepté; ils m’appellent tout simplement la «noire blanche». Mes collègues de travail sont très disponibles et m’aident le mieux possible à satisfaire mes besoins que ce soit dans le cadre de mon stage ou mes besoins usuels. En bref, j’apprécie mon expérience au Burkina Faso et compte bien profiter du reste de mon séjour.

 

 

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.