Archives - ‘Germany’

Gabrielle Dew, Berlin, Germany

October 8, 2013 | esapi-gspia

5 octobre 2013

Lorsque j’ai appliqué pour un stage en ambassade, j’ai longtemps hésité quant à mon choix de destination. Lors de mon bac, j’ai fait un échange d’un an dans le sud de l’Allemagne et je me demandais si je voulais faire mon stage à Berlin ou aller ailleurs.
J’ai choisi de (re)venir en Allemagne en espérant que ce serait pour moi la chance d’approfondir ma connaissance du pays et d’obtenir une expérience de travail trilingue. J’ai opté pour un pays que je connais bien, peut-être au profit de l’aventure et de la découverte, mais je crois avoir pris la bonne décision. Un deuxième séjour en Allemagne me permet de pleinement m’intégrer à la vie d’ici.
Bien que j’aie déjà habité en Allemagne et visité Berlin quelques fois, y vivre me permet de découvrir la ville en plus grand détail. Berlin est une ville immense et je me retrouve sans cesse à découvrir de nouveaux quartiers, tous ayant un caractère particulier. Il est aussi assez impressionnant de voir comment l’Histoire fait réellement partie de chaque recoin de la ville. Partout, on peut voir les traces de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre Froide. Par exemple, l’ambassade canadienne est construite sur une grande place qui était auparavant traversée par le Mur. Un ‘no man’s land’ pendant les décennies de la Guerre Froide, Potsdamer Platz est maintenant un des centres high-tech de Berlin. Je prends grand plaisir à découvrir le Berlin dont on entend tant parler, la ville excentrique aux personnalités multiples, à la fois écolo-grano, hipster, grunge, boho, qui n’est certainement pas une beauté européenne classique, mais regorge de curiosités.
My internship at the embassy has so far been very rewarding. It is a big embassy, with around 85 employees, and they always have at least 5 interns in the different sections. I feel like within a week at my new workplace, I was totally integrated in the political section and doing various tasks for collegues and keeping up previous interns’ work. Some of my tasks are basic, like doing a media scan everyday or monitoring official government statements regarding hot topics such as Iran or Syria, but I also get to do hands-on research for different projects and build presentations for groups of visiting students or Canadian politicians. A big part of my job is also attending think-tank discussions and writing reports on them, which are then sent out to different DFATD sections. These talks are always very interesting, with topics ranging from Wikileaks, Syria and Georgia’s foreign policy.
I am especially happy to be working at the embassy here because it offers a trilingual workplace. It was clear when I was interviewed by the embassy that I needed to be comfortable in German, and they were not joking. A lot of my work involves reading German newspapers, following press releases from the German Foreign Affairs Department or attending events in German. Even though it has only been three weeks, I already feel like my German has improved exponentially! Even though the working language is English, it is fun to be able to speak German with the locally employed staff, and they are also happy to practice their French (which is, mostly, already really good) with me.
Tout ça pour dire qu’après moins d’un mois de stage, je peux déjà dire qu’il s’agit d’une incroyable expérience de travail et je m’attends bien à ce que les trois prochains mois soient tout aussi enrichissants!

Erica Van Wyngaarden, Berlin, Germany

June 21, 2012 | esapi-gspia

What a time to be in Berlin… the economic stability of Europe and what Germany (really Merkel…) will do to assure its stability is a constantly debated topic which I get to experience first-hand! This has so far been a remarkable experience.  While not directly involved, it has been fascinating to experience the current economic and political climate of Europe while interning here at the Canadian Embassy in Berlin.

I have been in the Embassy for one month now, travelling to Berlin from Malmo, Sweden where I took a fascinating class comparing immigration policies between Sweden, Switzerland, and Canada with other students from these respective countries.  I have to agree with Nora V, it was fascinating and a priceless experience to not only delve into our pre-existing interest of immigration in the class room, but to learn from other students, practitioners, and academics about their experiences with immigration policy and immigrants.  I pursued my studies with GSPIA based on the amazing opportunities they could provide us access too, but I never thought it would be to this extent!

Now I am in Berlin and have been enjoying the city, work, and surrounding areas.  At work, it is amazing how many skills that we learned in Public Policy class with Professor Juillet are coming in handy!  I frequently attend events (latest one was a presentation by Foreign Minister Westerwelle at the Reichstag) and write reports/briefing notes on the main points and implications of them.  You really do have to write only one page… every word truly does matter!  Germany is such an influential actor in Europe and the world (particularly now) and there is always something going on to report or read about.  In my short time here, I have witnessed the fast paced and constantly changing environment that is Embassy life. While this Embassy is much larger than others that interns can work at, I work with an excellent team, have met many other students interning here, and have access to large and high level political and Embassy events.  The majority of those who work here are Locally Engaged Staff as well, which is a great way to practice my German and learn more about German culture!

And Berlin itself… it is a city which everyone must visit at least once in their lifetime. History lives and breathes on every surface of the city.  The location of the Embassy is in the middle of the death strip and behind a memorial to the Berlin Wall, which serves as a reminder every day of the very recent changes and rapid growth and development Berlin has gone through. The people are frank, fun, and relaxed. The city never stops, there is always some new and exciting flea market to see, museum to peruse, or festival or street party to experience!  While it is not the most aesthetically pleasing city in the world, there is so much vibrance and life in the city it is hard not to grow to love it.

But MOST importantly, Euro 2012 has kept me busy.  Being a Dutch fan, I was not too liked in Berlin while sporting my bright orange jersey… but this once again added to the experience of learning about a new culture.  Now that Germany is well on its way to win the Euro, it is amazing to be able to experience this in the country itself!  There is nothing more fun than watching football in a biergarten, I must say!

I am looking forward to my next couple of months here and hope all my other intern colleagues across the world are enjoying their experiences as well.

Next up, Canada Day in Dresden! Tschuss!

Laurence-Camille Richard, Germany

December 2, 2010 | esapi-gspia

Bonjour à tous!

C’est d’un Berlin tout blanc que je vous écris! J’aime bien voir Berlin sous la neige, c’est un nouvel aspect de cette ville qui vous réserve toujours des surprises! Même si je commence à très bien connaître la ville, je découvre toujours de nouvelles choses, par exemple les marchés de Noël. À la fin du mois de novembre, du jour au lendemain, des dizaines de marchés de Noël (les Weihnachtsmarkt) sont apparus un peu partout. On y vend des décorations de Noël, des pains d’épices très appréciés ici, toute sorte de choses à manger (des saucisses, évidemment, mais aussi des spécialités turques, hongroises, suisses…) Et bien sûr, une visite dans un marché de Noël n’est pas complète sans avoir goûté au fameux Glühwein (du vin chaud auquel on ajoute des épices. Je dois dire que la première gorgé surprend, mais on y prend vite goût!). Ce que j’aime aussi des marchés de Noël, c’est qu’ils sont toujours bondés de monde. À Berlin, littéralement, « la ville ne dort jamais ». Les gens sont toujours dans les rues, participent  aux plus d’événements possibles. Et bien sûr il y la « night life » qui est très active! C’est particulièrement drôle un samedi à 9h du matin, de voir dans le métro des gens qui lisent le journal, en chemin vers le travail, alors qu’à côté d’eux d’autres rentrent des bars et des clubs qui, dans plusieurs cas, ne ferment jamais!

Jusqu’à présent j’ai profité de mon séjour non seulement pour découvrir la ville ici, mais aussi pour visiter d’autres villes en Europe. Ça me fascine toujours de voir à quel point c’est facile ici de voyager d’un pays à l’autre. La notion de distance pour les Européens est très différente de la notre! Je suis donc allée à Prague et à Stockholm, et pour décembre je prévois aller dans le sud de l’Espagne, histoire de me réchauffer un peu avant de retourner à Ottawa!

Pour ce qui est de mon stage, c’est fou comme j’en ai appris au cours des trois derniers mois! L’Allemagne étant bien sûr très influente en Europe, il se passe beaucoup de choses ici. J’ai eu la chance d’assister à plusieurs discours, conférences et séminaires sur une foule de sujets extrêmement variés. C’est d’ailleurs, je trouve, un aspect du travail des diplomates qui est le plus intéressant : le fait de pouvoir travailler sur une foule d’enjeux différents. C’est bien sûr également un défi d’être capable de maîtriser rapidement toutes ces différentes questions!

Je souhaite une bonne fin de session à tous les « APIers », et j’ai bien hâte de tous vous revoir en janvier!

Frohes Fest und liebe Grüße!

Laurence-Camille

Laurence-Camille Richard, Germany

October 4, 2010 | esapi-gspia

Guten Tag alle!

Incroyable mais vrai: ça fait déjà un mois que je suis à Berlin. Le temps passe tellement vite! C’est la deuxième fois que je viens rester quelques moi à Berlin et cette ville me fascine toujours autant. L’architecture, les musées, les nombreux parcs, les pièces de théâtre et les concerts… il y a tellement de choses à voir! Il y a également beaucoup de choses à goûter: les délicieuses pâtisseries qu’on trouve à tous les coins de rues, les “döner kebab” turcs qui, comme je l’ai récemment appris, ont été inventé à Berlin, les Currywurst, Schnitzel, Kartofellsuppe, Schweinhaxe, etc., etc.

Je n’ai pas vraiment vécu de “choc culturel” en arrivant. La culture ici n’est pas très différente de notre culture nord-américaine, comme en témoignent les nombreux Dunkin Donout, McDonald’s et Burger King… Il y a tout de même des choses que je trouve surprenantes, en général de petites choses. Par exemple, bien sûr, beaucoup de gens boivent de la bière dans les rues, les métros, et même les salles de concert ou de théâtre, et ce à toute heure du jour. Les chiens sont rarement en laisse et se promènent librement sur les trottoirs ainsi qu’à l’intérieur des magasins. Les caissiers et les caissières à l’épicerie sont assis sur de confortables chaises. Il y a des vélos partout et la plupart du temps ils circulent sur les trottoirs, et pas question de se tasser pour faire place aux piétons! J’habite dans un quartier très vivant, qui faisait anciennement partie de Berlin est. Il y a par contre dans mon quartier plusieurs “squatters” qui habitent des immeubles à logement à l’abandon depuis plusieurs années. La ville souhaite récupérer ces immeubles et en faire des logements payant. La journée où je suis arrivée à Berlin, il y avait dans ma rue une manifestation des squatters pour tenter de garder “leurs” immeubles.

Pour ce qui est de mon travail à l’ambassade, j’ai été très surprise de voir à quel point les relations entre les employés étaient détendues et informelles. Par exemple, tout le monde se tutoie.  Il y a environ 100 employés à l’ambassade, dont les 2/3 sont des “LES” ou “Locally engaged staff”. Ça signifie donc que je parle beaucoup en allemand avec mes collègues. Parmi mes tâches, je dois faire un “media scan” à chaque jour de ce que la presse allemande écrit sur les élections au Conseil de Sécurité de l’ONU qui s’en viennent en octobre, et où l’Allemagne, le Canada et le Portugal se disputent deux sièges non-permanents. Je dois aussi faire plusieurs recherches sur les sites du gouvernement allemand. Cela me demande de faire beaucoup de traduction de l’allemand vers l’anglais, alors je pense qu’après 4 mois je vais avoir énormément amélioré mes compétences dans cette langue!

Voilà pour l’instant, bis bald!

Laurence-Camille